Trouver Gazza – Jack Grealish et la grande poursuite du football anglais

Trouver Gazza – Jack Grealish et la grande poursuite du football anglais
4.1 (81.25%) 32 votes


Art par Charbak Dipta

Le premier est venu Joe Cole. Puis il y a eu Wayne Rooney. Puis Jack Wilshire. Peu de temps après, Ravel Morrison. Suivant Ross Barley. Plus récemment Dele Ali, et maintenant Jack Grealish. Ces merveilles actuelles ou anciennes du football anglais partagent tous le fardeau honneur d'être comparé au mercuriel Paul «Gazza» Gascoigne à un moment donné de leur carrière. Jusqu'à présent, seul Rooney a construit un CV digne de distinction au-delà de la reconnaissance douteuse en tant que «nouveau Gazza» qu'il a certainement surpassé à la fois en termes de longévité et de récompenses. Mais comme son surnom («Wazza») le suggère, même Rooney est indélébile avec Gascoigne.

C'est peut-être naturel. À l’exception de la dernière Coupe du monde, les résultats les plus respectables de l’Angleterre dans les compétitions internationales depuis 1966 sont survenus lorsque Gascoigne était une figure centrale. Tout d’abord, en Italie 90, où il a sans aucun doute été la révélation du tournoi – une force motrice et dynamique dans une Coupe du monde par ailleurs austère et défensive. Et puis en Coupe d'Europe 1996 où, malgré plusieurs blessures et avoir six ans de plus, il a réussi. Des défaites étroites en demi-finale dans ces deux tournois (contre l'Allemagne aux tirs au but, comme toujours) ont convaincu le public britannique que l'Angleterre pouvait gagner un tournoi international bien avant que David Beckham et la «Golden Generation» ne les persuadent brièvement qu'ils devraient en gagner un.

Plus qu'un brillant footballeur, Gascoigne est devenu un totem culturel pour le public anglais à qui il s'est fait aimer par son charisme chaleureux et son sens de l'humour terreux. Un Falstaff en chaussures de football, il continue de signifier la promesse éternelle de jouer magnifiquement, de gagner et. Désormais, tout milieu de terrain créatif du stock anglais qui allie courage et flair avec un peu d'insolence distinguée est considéré comme la seconde venue.

Dans sa forme la plus bénigne, la fixation anglaise sur la recherche de sa nouvelle Gazza semble être une déclaration inoffensive d'espoir qu'un quelconque prodige puisse allumer un tournoi et unir brièvement la nation. Au pire, c'est le symptôme d'un désir particulier et pathologique d'un talisman pour racheter la nation. En effet, même si la psyché collective du football anglais a eu tendance à être impétueuse et auto-exaltante – notez le besoin perpétuel de déclarer la Premier League la plus difficile sinon la meilleure du monde – il y a une névrose sous-jacente qui est née d'un tout aussi. déclin de conscience de soi depuis 1966. À cet égard, l'impulsion de saluer l'arrivée d'un nouveau Gazza apparaît moins comme une comparaison de joueurs anodins que comme une interpellation d'un sauveur de football national. Concrètement, cela s'est traduit par une sorte de manie collective (mais pas universelle) de pousser trop tôt les jeunes espoirs anglais sous les projecteurs, pour qu'ils se fanent sur la vigne avant la maturité.

Bien qu'ils ne soient guère débutants à 25 ans, les appels collectifs actuels à faire de Jack Grealish la pièce maîtresse de la partie nationale anglaise ont ce sentiment familier de la nouvelle manie de Gazza. Pour être juste, une Angleterre dirigée par les Grealish est une perspective séduisante. Avec sa coiffe inspirée de Peaky Blinders et ses chaussettes roulées pour exposer ses célèbres mollets amples, Jack joue avec l'insouciance du diable-peut-se soucier d'un naturel. C’est un joueur qui joue sur ses orteils. Alors qu'une grande partie du football moderne consiste à éliminer les erreurs – jouer serré, jouer sur les talons – Grealish se penche. Il connaît le simple secret que vous n'avez pas seulement besoin du ballon pour faire bouger les choses; tu dois vouloir le ballon. Le dilemme éternel de jouer avec un pur No 10 comme Grealish, cependant, est de les intégrer dans un système ou une formation qui exige une pression collective. Autrement dit, comment réagissent-ils lorsqu'ils n’ont pas le ballon?

Entrez Mason Mount, 21 ans, qui a été préféré à Grealish lors des derniers matches de l'UEFA Nations League contre la Belgique et le Danemark. La décision de Gareth Southgate semble justifiée car Mount a bien joué et a marqué le but de la victoire contre le numéro un mondial des Belges et a été l’un des rares points positifs de leur défaite 1-0 contre les Danois. C'était son travail hors du ballon et sa prise de décision rapide lui a valu des notes élevées de la part de son entraîneur et de ceux qui considèrent Mount comme un milieu de terrain offensif résolument moins excitant mais plus moderne qui harcèle et appuie bien sans le ballon.

Moins une nouvelle Gazza, Mount représente quelque chose de relativement nouveau dans le jeu anglais: un gegenpressing milieu offensif suffisamment intelligent pour compléter le système dans lequel il joue. Avec le ballon, Mount est un terrier offensif qui oblige fréquemment les défenseurs à commettre des erreurs et n’a pas peur de tirer. Sans elle, il chasse la balle et reste coincé avec brio. Bien que Grealish soit certainement l'option populaire en tant que milieu de terrain offensif de premier choix, en tant que joueur bidirectionnel alliant compétence et fiabilité, Mount reste le joueur de choix de l'entraîneur.

Adam Lallana était aux prises avec une ambivalence similaire alors qu'il est devenu le milieu offensif le plus important pour l'Euro 2016. Maintenant, au crépuscule de sa carrière à Brighton, il semble étrange de désigner Lallana comme un modèle pour le développement des joueurs de l'équipe nationale. Quelque chose d'une floraison tardive et donc pas assez précoce pour se qualifier comme l'un des nouveaux Gascoignes d'Angleterre, Lallana était venu doucement, doucement, presque sans particularité, représenter au mieux le type de joueur que le football anglais avait longtemps besoin pour être compétitif dans les tournois internationaux: habile , infatigable, tactiquement intelligent et, surtout, parfaitement coachable dans plusieurs systèmes.

Le grand-père paternel de Lallana est espagnol et son style de jeu s'inscrit à bien des égards dans le moule ibérique. C'est un dribbleur soyeux, un passeur bien rangé et un joueur de ballet quand. En effet, il a été comparé à Andres Iniesta. Mais les comparaisons avec l'Espagnol sont un peu tendues, car Lallana est aussi très bien un produit de son pedigree britannique. Là où Iniesta glisse, intrigant de type intelligent avec peu de friction avec son jeu, Lallana se promène sur le terrain comme un faune hyperactif se jetant dans des tacles pour lancer des attaques. Au début de son mandat à Liverpool, Jurgen Klopp a fait de lui un habitué du milieu de terrain où il est incontestablement devenu l'un des joueurs les plus importants des Red, exploitant l'énergie et l'intelligence de Lallana à bon escient dans leur attaque contre-pressante et à indice d'octane élevé. En effet, à l'instar de la relation étroite de Mount avec Frank Lampard, la parenté de Lallana avec Klopp l'a distingué pour ses douces côtes en tant que petit animal de compagnie d'un enseignant.

Et pourtant, il y a encore des recoins des médias britanniques qui considèrent les footballeurs multidimensionnels comme Mount et Lallana avec un œil dubitatif. Malgré de solides performances de sa part lors de la campagne anglaise par ailleurs désastreuse pour l'Euro 2016, Gregg Bakowski du Guardian a critiqué Lallana pour sa dextérité positionnelle: “ Peut-être qu'il n'est pas aidé par les nuances de gris sur sa meilleure position. Est-il un milieu de terrain ou un attaquant? … il n'est pas facile de dire quel est son seul attribut exceptionnel. Peut-être est-il un footballeur trop compliqué, pas assez simpliste, pour être un joueur anglais vraiment efficace.

À première vue, ce sont des sentiments déroutants de la part d'un journaliste, pas moins de celui qui écrit pour le Guardian. N'est-ce pas ce que les fans et les experts anglais ont recherché? Un meneur de jeu toujours compétent et habile qui ne recule pas devant un combat et qui peut faire face aux subtilités et aux rôles changeants du football moderne. Mais bien sûr, il y a une valence culturelle à des opinions comme celles-ci, ce que le collègue du Guardian de Bakowski, Jonathan Liew, résume parfaitement à propos du débat Grealish vs Mount: «Grealish est l'homme de l'équipe que l'Angleterre aspire à être; Mount est l'homme de l'équipe qu'ils ont maintenant. Il court et court, il fait son travail, il participe avec des buts et des passes décisives, et pourtant, l'attrait populiste d'un Grealish sera toujours au-delà de lui. Ce n’est pas sa faute, bien sûr. Mais dans cette nouvelle normalité fébrile, dans un pays qui réclame des héros folkloriques, c'est quelque chose auquel il va devoir s'habituer. "

En effet, l'Angleterre est une nation plutôt ancienne avec des traditions inventées durables comme la monarchie, la bière chaude et le Bovril, les Britanniques ont tendance à rappeler le passé comme des temps plus simples et plus glorieux. Là, le présent est imparfait – un rappel du déclin d'un passé impérial, alors que l'avenir ne vaut rien dans la mesure où il peut sembler évocateur du passé. Dans la culture du football, cela peut se manifester comme un engouement pour les anciens héros au détriment de l'appréciation des joueurs contemporains à leurs propres conditions. Toujours à la poursuite de Gazza lorsque le football a évolué à bien des égards.

Sam Fayyaz a étudié les sciences politiques et écrit parfois sur le football quand il n'y pense pas. Ses articles ont paru dans Run of Play, When Saturday Comes et The Classical. Il vit dans le New Jersey et travaille à New York.