Ruptures internationales: les joueurs et les clubs ressentent les deux souches de Covid et un calendrier chargé

Ruptures internationales: les joueurs et les clubs ressentent les deux souches de Covid et un calendrier chargé
4.3 (86.15%) 13 votes


Par Andrew Warshaw

20 novembre – C’est une rupture internationale pas comme les autres en ce qui concerne l’impact de Covid-19 sur le football européen et mondial et a soulevé des questions légitimes sur la folie du calendrier.

Les matchs annulés en raison du manque de joueurs disponibles ou de l'intervention du gouvernement, une série de tests positifs entraînant le raté des matchs clés, les managers en armes. Et c’est juste pour commencer.

Tout le monde reconnaît que le football international doit être joué. C'est une partie importante et intégrale du calendrier.

Mais avec une deuxième vague de coronavirus en plein essor, était-il vraiment nécessaire que tant de jeux – en particulier des matchs amicaux insignifiants – soient dispersés à travers le monde en si peu de temps?

Oubliez le football réel pendant un moment, en grande partie terne et instantanément immémorable. Il y a un véritable argument selon lequel les équipes et les joueurs qui volent dans le monde entier présentent un risque sérieux pour la santé au moment où on nous demande tous d'être extrêmement prudents.

Lorsque les footballeurs représentent les équipes de leur club, ils sont tous dans une seule bulle. Mais quand ils arrivent dans leurs camps nationaux, ils commencent à se mélanger avec d'autres qui sont venus de différents endroits. Les dangers de cette situation et les conséquences qui en résultent ont maintenant été mis à nu.

Prenons, par exemple, le cas du prolifique attaquant d’Arsenal Pierr-Emerick Aubameyang.

Sans surprise, son club a été rendu furieux par le fait que son atout clé soit contraint, avec ses coéquipiers gabonais, de dormir sur un étage d'aéroport en Gambie.

Les Gunners envisageraient de ne jamais permettre à Aubameyang de voyager à nouveau avec son pays. Ne soyez pas surpris si un groupe d'autres clubs, qui se sont pliés en quatre pour garder leurs équipes en sécurité avec Covid, emboîtent le pas.

Alors qu'Aubameyang n'a pas, à notre connaissance, attrapé Covid-19, deux autres joueurs importants d'Arsenal l'ont fait lors de leur déplacement avec leur pays.

Le défenseur Sead Kolasinac a été testé positif lors de son service international avec la Bosnie-Herzégovine, tandis que le milieu de terrain Mohamed Elneny a été contraint de s'auto-isoler au Caire après avoir été testé à deux reprises positif alors qu'il était avec l'équipe nationale égyptienne. En conséquence, les deux manqueront le match de dimanche à Leeds.

Liverpool a également été durement touché, l'as du tireur d'élite Mohamed Salah ayant renvoyé un test positif alors qu'il était en service international, également avec l'Égypte. Salah, qui a commencé les huit matchs de Premier League de Liverpool cette saison, marquant huit buts dans le processus, risque de rater les deux prochains matchs de son club, y compris le choc alléchant avec Leicester City ce week-end.

Le défenseur Matt Doherty est sorti de l'affrontement de Tottenham avec Manchester City samedi après avoir contracté un coronavirus en service avec la République d'Irlande tandis que l'attaquant principal du club, Son Heung-min, a dû mettre en quarantaine dans un hôtel en Autriche alors qu'il était absent avec la Corée du Sud après six équipes -les camarades ont attrapé le virus.

Luis Suarez, quant à lui, est sorti de l'affrontement très attendu de l'Atletico Madrid avec l'ancien club de Barcelone après avoir été testé positif non pas une mais deux fois lors de son déplacement avec l'Uruguay.

Il ne s’agit pas seulement de Covid. Avec autant de matchs entassés en moins de temps que d'habitude, les blessures étaient vouées à s'accumuler. Il suffit de demander à Liverpool qui a perdu le défenseur Joe Gomez pendant une grande partie de la saison après avoir été blessé lors de son entraînement avec l'Angleterre. Pour aggraver les choses pour les fans de Liverpool, leur capitaine Jordan Henderson a également été blessé.

La liste est longue et c’est une folie totale. La dernière saison européenne, rappelez-vous, ne s'est terminée qu'à la mi-août et cette saison a commencé peu de temps après à la mi-septembre, environ un mois plus tard que d'habitude. Pourtant, chacune des deux dernières pauses internationales se sont écrasées en trois matches au lieu des deux habituels, dans certains cas en l'espace de seulement 12 ou 13 jours. Est-ce que c'est logique?

Pourtant, alors que les entraîneurs de clubs et les joueurs protestent, ni les fédérations continentales ni les ligues nationales ne semblent vouloir bouger.

«Tout le monde reconnaît les problèmes, mais agir est très lent», a déclaré à Reuters le secrétaire général de la FIFPro, Jonas Baer-Hoffmann.

Une solution, dit Baer-Hoffmann, serait de limiter le nombre de matchs pour lesquels des joueurs individuels doivent être disponibles pendant une saison.

«Les organisateurs de compétitions et les clubs doivent se réunir et parler de la gestion de la charge», a-t-il déclaré. "Cela signifie des pauses gérées et un nombre maximum de parties pour les joueurs."

Reste à savoir si l'UEFA et la FIFA y adhéreraient, mais quelque chose doit être fait. Sinon, les ruptures internationales deviendront encore plus difficiles à digérer jusqu'à ce que nous revenions à un semblant de normalité.

Contactez l'auteur de cette histoire à