Platini "blessé" par une enquête française sur la corruption d'un vote à la Coupe du Monde 2022

Platini "blessé" par une enquête française sur la corruption d'un vote à la Coupe du Monde 2022
4 (80.53%) 38 votes


19 juin – L'ancien chef de l'UEFA Michel Platini a été libéré mercredi matin après avoir été interrogé par les autorités françaises anti-corruption au sujet de l'attribution de la Coupe du monde 2022 au Qatar.

Platini assiste actuellement aux derniers mois d'une suspension non liée de quatre ans du sport, à savoir un «paiement déloyal» de 2 millions de dollars qu'il a reçu de Sepp Blatter, également banni pour son rôle dans la transaction.

Sa brève détention a ravivé les spéculations sur la façon dont le Qatar avait remporté le vote pour organiser le tournoi, mais Platini a déclaré aux journalistes qu'il était blessé d'avoir été appelé.

«Je suis arrivé et j'ai été immédiatement placé en garde à vue. Ça fait mal. Cela fait mal pour tout ce à quoi je peux penser, tout ce que j'ai fait. Ça fait mal, ça fait mal. Mais après tout, ils ont fait leur travail et ensuite nous avons essayé de répondre à toutes les questions », a-t-il déclaré.

«C’était très long, vu le nombre de questions, c’était évidemment toujours long, car ils m’ont posé des questions sur l’Euro 2016, la Coupe du Monde en Russie, la Coupe du Monde au Qatar, le Paris Saint Germain, la FIFA.»

"J'ai répondu à toutes les questions calmement, sans savoir pourquoi je me trouvais là."

L’avocat de Platini, William Bourdon, a déclaré que son client était innocent et qu’il avait été interrogé pour «raisons techniques» et relâché sans inculpation, ajoutant qu’il y avait eu «beaucoup de remous pour rien».

«Nous ne croyons en aucune manière que Michel Platini puisse être considéré comme un suspect, hier, aujourd'hui ou demain. Donc, pour nous, cette affaire est terminée. "

Alors que la controverse de choisir le Qatar comme hôtes de la Coupe du monde 2022 s'est considérablement estompée ces derniers mois, alors que l'État du Golfe poursuivait ses préparatifs après s'être acquitté de tout acte répréhensible, cela a néanmoins déclenché une série d'allégations de corruption qui jettent encore une ombre de soupçon sur l’ensemble du processus et qui a attisé les flammes des enquêtes du FBI et des inculpations du Département de la justice des États-Unis, qui est devenu le pire scandale de la FIFA.

L’enquête française aurait notamment porté sur une prétendue intervention liée à Platini et à l’ancien président français Nicolas Sarkozy.

Lors du vote pour la Coupe du monde 2022, Platini était l'un des 24 membres votants du comité exécutif de la FIFA et a ouvertement déclaré qu'il votait pour le Qatar. La suspicion entourant les motivations de Platini a été soulevée lorsqu'il est devenu public qu'il avait déjeuné avec Sarkozy et le futur émir du Qatar. Platini a toujours nié avoir suivi les instructions de Sarkozy de voter pour le Qatar en 2022.

Platini a dirigé l'UEFA jusqu'en 2015, date à laquelle il a été banni du football pour quatre ans pour violation de l'éthique. Il a notamment reçu un paiement de deux millions de francs suisses de Blatter, lui-même suspendu pour six ans.

On s'attendait à ce que Platini succède à Blatter à la présidence de la FIFA avant sa chute. Il se bat depuis pour se vider de son nom et, dans l’état actuel des choses, il est libre de revenir lorsque son interdiction prendra fin en octobre.

En 2016, le parquet national français (PNF) a ouvert une enquête préliminaire pour «corruption privée», «association de malfaiteurs», «trafic d'influence et trafic d'influence» autour de la victoire du Qatar au tournoi. Platini avait déjà été entendu en tant que témoin en décembre 2017.

Cependant, sa version de la conversation lors d'un déjeuner avec Sarkozy, l'actuel émir du Qatar, Tamim Ben Hamad Al Thani, et Sheikh Hamad Ben Jassem, alors premier ministre et ministre des Affaires étrangères de l'émirat, diffère du récit de Sophie Dion, à le conseiller technique en charge des sports de Sarkozy, qui était également au déjeuner.

Selon Le Monde, les enquêteurs cherchaient à obtenir des éclaircissements sur les différences entre les récits de Platini et de Dion. Platini a été interrogé «sous le régime de la garde à vue pour des raisons techniques».

Contactez l'auteur de cette histoire à