Meilleur classement du Real Madrid, l'homme Utd chute au 3e rang. La pandémie fait baisser la valorisation totale de 6 milliards d'euros et plus

Meilleur classement du Real Madrid, l'homme Utd chute au 3e rang. La pandémie fait baisser la valorisation totale de 6 milliards d'euros et plus
4.2 (84.8%) 25 votes


Par Paul Nicholson

27 mai – La pandémie a fait perdre 6,1 milliards d’euros à la valeur des 32 principaux clubs européens, selon le dernier rapport annuel d’évaluation des clubs de football de l’équipe de référence de KPMG Football.

C'est la première fois au cours des six années du rapport que les valeurs globales des 32 meilleurs clubs diminuent, passant de 33,6 milliards d'euros à 27,5 milliards d'euros, soit une baisse de 15%.

Au sommet du classement des évaluations (KPMG utilise ses propres algorthymes pour créer ce qu'ils appellent une «valeur d'entreprise) se trouve le Real Madrid, qui était en tête pour la troisième année consécutive. Ils sont suivis par Barcelone qui a devancé Manchester United pour prendre la deuxième position. Cinq des 10 meilleurs clubs sont de la Premier League anglaise qui comptent huit équipes dans le top 20.

Le Paris Saint-Germain passe au 8eposition, dépassant Tottenham Hotspur, tandis que la Juventus est revenue dans le top 10, en remplacement d'Arsenal, qui a perdu six positions depuis la première édition 2016 de notre classement.

Atalanta, Marseille et Fenerbahçe sont nouveaux dans le top 32, tandis que West Ham United, l'Athletic Club Bilbao et Beşiktaş ont abandonné.

Le plus préoccupant pour la santé financière des grands clubs est peut-être que seuls sept des 32 meilleurs clubs ont déclaré un bénéfice net, contre 20 clubs rentables un an auparavant, rapporte KPMG.

KPMG souligne également la divergence croissante des valeurs entre les clubs du top 10 par rapport aux 22 autres clubs évalués et en soulignant que «la saison dernière, les revenus d'exploitation des 10 meilleurs clubs représentaient près de 60% du revenu total des 32 clubs. clubs, alors qu’ils ne représentaient qu’un tiers de la perte nette totale. » Ils ne sont peut-être pas de plus en plus gros, mais ils sont toujours d'une taille dominante, et cela ne change pas.

«Au cours de chacune des six années examinées, les 10 meilleurs clubs ont obtenu de meilleurs résultats que les 22 autres clubs réunis en tenant compte des revenus d'exploitation totaux, du ratio coûts-revenus du personnel et du résultat net», indique le rapport.

Dans le rapport, KPMG examine les impacts à grande échelle du virus, estimant que les clubs de première division des 55 associations membres de l'UEFA combinées subiront une baisse annuelle de 11% de leurs revenus d'exploitation globaux (-2,5-2,7 milliards d'euros) dans le Saison 2019/20, aux niveaux enregistrés lors de la saison 2016/17.

KPMG affirme également que les valeurs des joueurs seront affectées par la valeur marchande totale des 500 joueurs de football les plus précieux ayant diminué de 10% entre février 2020 et avril 2021.

«Quatre-vingts clubs, dont tous les géants européens du football, qui ont rendu publics leurs résultats financiers jusqu'à présent, ont enregistré une perte nette totale de 2,04 milliards d'euros: cela signifie que cet échantillon d'environ 10% des quelque 700 clubs de première division de l'UEFA a déjà accumulé plus de pertes au cours de la saison 2019/20 que le précédent record global négatif de 1,7 milliard d'euros de pertes enregistré en 2010/11, avant l'introduction du fair-play financier de l'UEFA », déclare KPMG.

C'est un pronostic fondamentalement sombre pour le football interclubs européen.

Tout le blâme ne peut pas être porté à la porte de la pandémie de Covid, KPMG faisant valoir que la crise sanitaire mondiale n’a fait qu’accentuer les problèmes sous-jacents déjà présents dans les modèles économiques des clubs de football.

À cet égard, ils soutiennent qu'une réforme est nécessaire, y compris l'évaluation de ce qui serait une opération assez radicale sur le football de la ligue européenne, y compris la réduction de la taille des ligues, la rationalisation des calendriers des matches, la création de ligues régionales en fusionnant des ligues nationales plus petites, " et enfin et surtout, la refonte de FFP avec un accent sur des mécanismes de contrôle des coûts plus stricts », a déclaré Andrea Sartori, responsable mondial des sports de KPMG et auteur du rapport.

«Pendant des années, les parties prenantes de l'industrie se sont concentrées sur leurs positions individuelles pour protéger les intérêts de leurs propres organisations, sans regarder les effets collatéraux de leurs attentes et ambitions sur l'ensemble de l'industrie. Toutes les parties doivent comprendre et accepter que le football a connu une transformation vitale ces dernières années, principalement causée par l'évolution des habitudes des consommateurs et la numérisation, qui, à son tour, a conduit à la mondialisation de l'industrie, bénéficiant principalement aux grands clubs et ligues », a déclaré Sartori.

«Pour améliorer l'état du football européen, une flexibilité, une sagesse, une responsabilité et une coopération sans précédent de toutes les parties à tous les niveaux sont nécessaires. Il n’existe pas d’autre moyen de sauver le «beau jeu» et de le rendre durable pour le bénéfice de toutes les parties impliquées, surtout pour les joueurs et les supporters du monde entier, les participants les plus importants du football. "

Contactez l'auteur de cette histoire à