Le Sénégal proteste contre la réduction de moitié de l'équipe pour les éliminatoires de la CAN par un blocage français contre les joueurs

Le Sénégal proteste contre la réduction de moitié de l'équipe pour les éliminatoires de la CAN par un blocage français contre les joueurs
4.5 (90.59%) 34 votes


Par Samindra Kunti

19 mars – La fédération sénégalaise (FSF) a écrit une lettre de protestation à son homologue français (FFF), s'opposant à la décision de la ligue française d'empêcher les joueurs de participer au dernier tour des éliminatoires de la Coupe d'Afrique des Nations 2022.

Plus tôt cette semaine, les clubs français de Ligue 1 et de Ligue 2 ont invoqué les règles de la FIFA sur les coronavirus pour empêcher les joueurs non européens de voyager pour le travail d'équipe internationale. L’interdiction a frappé les qualifications de mars pour la Coupe d’Afrique des Nations. Le football international de compétition en Amérique du Sud et en Asie est suspendu en raison de la pandémie de coronavirus et de la difficulté à obtenir la libération des joueurs.

L’équipe de 26 joueurs de l’entraîneur du Sénégal Aliou Cissé pour les qualifications contre le Congo le 26 mars et l’Eswatini le 30 mars comprend 12 joueurs basés en France.

«Ces derniers n'ayant pas réagi dans le délai de six jours prévu ne peuvent pas attendre moins de 5 jours avant le début du guichet international 'du 22 au 31 mars' pour émettre un communiqué de presse afin de justifier un refus de libération d'acteurs étrangers ainsi ciblés convoquée par des matches en dehors de la zone UE / EEE », indique la lettre sénégalaise.

«Outre les dommages que cela peut causer, relatifs à la non-participation des 12 joueurs convoqués par l'entraîneur des Lions, cela semble mettre en évidence le caractère totalement discriminatoire de cette mesure au regard des dispositions statutaires et réglementaires de la FIFA et de la législation européenne. sur l'égalité et la liberté contractuelle des joueurs. »

Le Sénégal s'est déjà qualifié pour la finale continentale, qui aura lieu au Cameroun en 2022. Cependant, la FSF insiste sur le fait qu'une solution doit être trouvée.

"Dans ce cas, il n'est en aucun cas établi que les clubs concernés ont rencontré les autorités françaises afin de permettre aux joueurs de bénéficier de cette dérogation", poursuit la lettre. «Compte tenu de toutes ces considérations, nous vous serions reconnaissants, compte tenu des délais très courts et des dommages encourus, de bien vouloir prendre les mesures appropriées pour la libération, par les clubs professionnels français, des joueurs régulièrement convoqués par la Fédération sénégalaise de football. . »

Lors d'une nouvelle conférence avant les deux derniers éliminatoires contre le Burundi et la Mauritanie, l'entraîneur marocain Vahid Halilhodzic a encouragé tous les joueurs africains à honorer leurs appels et à ignorer la position de leurs clubs. "Cette circulaire autorise les clubs à empêcher les joueurs de rejoindre leurs équipes nationales, uniquement des joueurs africains", a déclaré Halilhodzic. «Je suis assez sceptique sur cette circulaire, pourquoi y a-t-il une différence entre les footballeurs africains et les footballeurs européens? Cette quarantaine n'est qu'un prétexte pour empêcher le joueur de venir jouer pour son pays. »

«La FIFA a abordé un article qu'elle n'aurait jamais dû aborder, la relation entre les clubs et les équipes nationales. Si aujourd'hui on empêche les joueurs de venir pour ce camp, que va-t-il se passer demain pour la Coupe d'Afrique des Nations? Ça ne va pas s'arrêter là »

Halilhodzic n’a pas mâché ses mots. Il a poursuivi: «Nous avons parlé à tous les joueurs de la liste et ils sont tous d'accord pour venir. Si quelqu'un ne vient pas, je comprends qu’il a refusé de venir. Je serai intransigeant. (…) Mais il y aura une pression terrible (sur les joueurs), c'est sûr. J'espère que tous mes collègues des équipes africaines montreront leur insatisfaction totale. »

L’entraîneur-chef du Bénin, Michel Dussuyer, a déjà indiqué qu’il se démenait pour réunir suffisamment de joueurs pour les matches de son équipe contre le Nigéria et la Sierra Leone.

Le mois dernier, la FIFA a écrit dans une circulaire que les clubs n'étaient pas tenus de libérer les joueurs s'il y avait une «période de quarantaine obligatoire ou d'auto-isolement d'au moins cinq jours à l'arrivée» dans le pays où se trouve le club ou dans le pays. où se déroule le match.

L’organe directeur mondial n’a pas répondu lorsqu'on lui a demandé de commenter la question.

Contactez l'auteur de cette histoire, Samindra Kunti, à