Le propriétaire d'Accrington demande à EFL de revoir ses règles financières pour faire face à la crise de trésorerie

Le propriétaire d'Accrington demande à EFL de revoir ses règles financières pour faire face à la crise de trésorerie
4.8 (96.97%) 33 votes


Le propriétaire d’Accrington, Andy Holt, a blâmé les autorités du football pour la crise financière qui a touché les voisins du club et ses rivales de la Ligue 1, Bolton et Bury.

Les deux hommes se sont vu infliger une pénalité de 12 points pour leur entrée dans l’administration après la fin de la saison dernière, mais Bury n’a même pas été en mesure de commencer la nouvelle campagne. Bolton a annulé le match de mardi contre Doncaster car ils ne disposaient que de trois joueurs seniors.

Bolton, qui avait été relégué du championnat la saison dernière, espérait désormais devenir un nouveau propriétaire, mais ce processus a pris du retard en raison de la contestation judiciaire d'un soumissionnaire rival et de l'incertitude entourant le plan commercial du futur propriétaire, qui dépend de la prise de contrôle de l'entreprise. hôtel au stade du club, qui est également dans l'administration.

Cependant, ils ont au moins joué trois matches de championnat et un match nul de la Coupe EFL cette saison, marquant même un point avec une très jeune équipe contre Coventry.

Bury, de son côté, a vu ses six premiers matchs reportés par la Ligue anglaise de football, a été retiré de la Coupe EFL et fait face à la perspective réelle d'être expulsé de la ligue vendredi si son propriétaire, Steve Dale, ne peut pas prouver qu'il peut financer le club. Cela voudrait dire que la Ligue 1 évolue cette saison avec seulement 23 équipes.

Dans une récente interview avec l’agence de presse PA, la présidente par intérim de l’EFL, Debbie Jevans, a nié que c’était la preuve que la ligue échouait.

"Je voudrais m'opposer à cela car, selon la mesure que vous utilisez, l'EFL est la cinquième ou la sixième ligue la plus populaire d'Europe et la Coupe Carabao est regardée dans le monde entier – c'est une ligue performante", a déclaré Jevans.

«Ce que je dirais, c'est que nous reculons et examinons notre gouvernance. Nous savons que nous dépendons beaucoup de nos propriétaires. Nous devons donc examiner cela, les salaires des joueurs et la manière générale dont nous menons nos affaires. "

Holt, cependant, n’est pas convaincu que les dirigeants de l’EFL aient compris à quel point la vie dans la ligue est précaire ou combien de clubs risquent de sombrer.

S'adressant à PA, Holt a déclaré: «Cela devient de la farce. Je sais qu'ils aiment parler des 18 millions de spectateurs chaque saison, mais il est très difficile d'affirmer que la ligue n'est pas en danger quand on regarde Bury et Bolton, pas les deux seuls sur le bord.

«Cette situation a été autorisée à se développer. Nous savons que les clubs s’endettent de plus en plus depuis des années. La dette combinée dans le championnat s'élève à 1 milliard de £.

"J'aime Debbie Jevans, je pense qu'elle a beaucoup d'intégrité, mais le problème est aussi clair que le nez sur le visage et ça ne peut pas continuer comme ça."

Le premier match de la saison d’Accrington a été annulé en raison des difficultés rencontrées par Bury, mais la frustration de Holt va bien au-delà: il gère son club avec un budget serré mais durable, dans le respect des règles de la ligue.

«Le vrai problème, ce n’est pas les propriétaires comme Steve Dale; c'est le système. Cela encourage les clubs à s’étirer.

«Je veux faire d’Accrington un club décent qui existera toujours, mais, dans l’état actuel des choses, la logique est de jouer.

"Ce n'est pas un hasard si tous ces propriétaires de l'EFL ont tous mal tourné en même temps: c'est le système, c'est de la merde."

Holt a déclaré qu'il ne blâmait pas le propriétaire de Derby, Mel Morris, qui recherchait des échappatoires dans les règles, telles que la vente du stade d'un club à une partie liée et sa location, car «quel choix avait-il lorsqu'il a le vortex du Premier ministre La ligue aspire tout l'argent du jeu à la hausse?

Comme Holt l’a mentionné, Bolton et Bury ne sont pas les deux seuls clubs à avoir connu des difficultés financières au cours des 12 derniers mois. Macclesfield, Morecambe, le comté de Notts, Oldham, Oxford, Reading et Southend n’ont pas tous payé leurs salaires à temps. terme.

Interrogé sur une solution à la crise, Holt a déclaré: «Un changement simple consisterait à traiter immédiatement le non-paiement des salaires comme un événement d'insolvabilité, ce qui est d'ailleurs le cas.

«Cela devrait être une pénalité de trois points, mais cela devrait également sonner l'alarme pour que l'EFL puisse aider le club. Ils devraient envoyer un administrateur de football.

«C’est criminel de laisser ces clubs de 130 ans faire faillite. C’est un problème de football et c’est à nous de le régler. Mais si vous restez assis sans rien faire, vous serez complice. "

Restez à jour avec les dernières nouvelles, les potins et les histoires de football en nous suivant

Mots clés:
,,,,,,,,,,,,,,,,