Le chef de la fédération marocaine, Lekjaa, accusé d'avoir agressé l'arbitre éthiopien Tessema. La CAF prend une décision décisive

Le chef de la fédération marocaine, Lekjaa, accusé d'avoir agressé l'arbitre éthiopien Tessema. La CAF prend une décision décisive
4.9 (97.24%) 29 votes


Par Osasu Obayiuwana au Caire, en Égypte

9 juillet – Fouzi Lekjaa, 3ème vice-président de la Confédération africaine de football (CAF), risque d'être condamné à une amende et à une interdiction par l'organisation dont il est l'un des membres de haut rang, lorsque le comité de discipline de la CAF siège au Caire le Mardi, pour entendre une plainte déposée par la Fédération de football éthiopienne (EFF) contre le Marocain.

Lekjaa (photo), également président de la Fédération royale marocaine de football (FRMF), aurait attaqué l'arbitre éthiopien Bamelak Tessema, membre de la FIFA, après la victoire de Berkane, club de sa ville natale, contre Zamalek, de l'Egypte, lors de la Coupe des Confédérations de la CAF. finale à Alexandrie.

Tessema était l'arbitre central de la rencontre.

Dans une lettre de protestation adressée le 5 juin par l'EFF à la CAF (voir ci-dessous), la Fédération éthiopienne a affirmé qu '«après le match, lors de la cérémonie de remise des médailles, le 3ème vice-président de la CAF et le président de la Fédération marocaine de football, Fouzi Lekjaa avait battu M. Bamelak Tessema d'un coup de tête.

«Après que les joueurs (de RS Berkane) eurent vu l’action de M. Fouzi Lekjaa, ils ont commencé à le harceler et à lui donner des coups de pied (Bamelak). Heureusement, il a été sauvé par les autorités.

"En tant que fédération éthiopienne de football, nous suivons cette affaire sérieusement", ont-ils déclaré.

En vertu de l’article 146 du Code disciplinaire de la CAF, «Un joueur ou un officiel qui incite ouvertement les autres à la haine ou à la violence se verra infliger une suspension de match d’un minimum d’un (1) an et d’une amende minimale de vingt mille dollars américains (20 000 $)…

«Dans les cas graves, notamment lorsque l'infraction est commise à l'aide des moyens de communication de masse (tels que la presse, la radio ou la télévision) ou si elle a lieu un jour de match dans ou autour d'un stade, l'amende minimale sera de cinquante mille dollars américains. (50 000 dollars) et la suspension d’un (1) an au moins », conclut la loi.

Des sources au sein de la CAF ont déclaré à Insideworldfootball que Lekjaa avait reçu l'ordre de comparaître devant le Comité de discipline. Au moment de la rédaction du présent rapport, il n’a pas confirmé si Lekjaa avait accepté de comparaître devant l’organe.

Comme Tessema a inclus l'agression présumée dans son compte rendu officiel de match, il ne devrait pas comparaître devant la commission présidée par Raymond Hack, avocat et ancien PDG de la South African Football Association.

Nombre de personnes dans les couloirs du football africain estiment que le moment est décisif pour la CAF, plusieurs témoins oculaires de l'incident affirmant que la plainte du FEP est légitime et doit être traitée de manière transparente.

"De nombreux membres de la communauté africaine de football observent de très près le traitement de cette affaire, en raison de la très forte influence de Lekjaa au sein de l'organisation", a déclaré à Insideworldfootball, une source influente et bien informée de la CAF.

«Je ne vois pas comment la CAF aurait la crédibilité de punir quiconque pour un acte d'indiscipline si cette question n'était pas réglée. Peu importe la position ou l’influence d’une personne au sein de la CAF, une fois qu’elle commet une infraction grave, elle doit la payer. Si la bonne décision n'est pas prise, ce sera très mauvais pour l'organisation », a déclaré la source.

Lekjaa a été au centre de la controverse au sein de la CAF, quand il a accusé le corps, dont il est un membre clé, de fermer les yeux sur l'utilisation de joueurs surmenés lors du dernier Championnat d'Afrique des moins de 17 ans en Tanzanie.

Le président de la FRMF a également menacé de poursuivre la CAF devant le Tribunal d’arbitrage pour le sport, après l’impasse finale de la Ligue des champions opposant l’Espérance tunisienne au Wydad Athletic Club du Maroc. Ce dernier a abandonné le match pour protester contre un but qui avait été par erreur refusé par l'arbitre gambien Papa Bakary Gassama.

En contravention de ses propres règles – comme indiqué au paragraphe 17, section 11 du règlement de la Ligue des champions – le comité exécutif de l'organe directeur, lors d'une réunion à Paris, a ordonné de rejouer le match aller de la finale, plutôt que de récompenser le match et les trophée à l'Espérance, après l'abandon du jeu par le Wydad.

Contactez l'auteur de cette histoire, Osasu Obayiuwana, à l'adresse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *