L'Angleterre ne sera-t-elle pas à la hauteur après avoir éliminé les vedettes de l'équipe U21?

L'Angleterre ne sera-t-elle pas à la hauteur après avoir éliminé les vedettes de l'équipe U21?
4.1 (81.54%) 13 votes


Après avoir perdu contre l'Allemagne aux tirs au but lors des championnats d'Europe 2017 en demi-finale, l'Angleterre espère améliorer cette finition en Italie.

C’est 35 ans depuis que les Young Lions ont remporté le trophée pour la dernière fois et ils n’auraient pas pu faire face à un départ plus difficile qu’un match d’ouverture du groupe contre la France.

Aidy Boothroyd est la responsable après avoir été l’assistante de Gareth Southgate il y a deux ans. L’ancien patron de Watford a, de manière quelque peu inattendue, signé un nouveau contrat dans la préparation du tournoi. Il a certainement eu la chance d'assister à un nombre impressionnant de jeunes joueurs en qualifications, remportant huit victoires et deux nuls sur deux matches sur dix alors qu'il n'a concédé que quatre buts.

Toutefois, là où de nombreux concurrents ont déjà fait appel à un certain nombre de joueurs déjà en poste au plus haut niveau international, l’Angleterre n’a qu’un joueur dans son effectif possédant une expérience quelconque dans la première équipe. Cet homme est Tammy Abraham, qui a comparu deux fois sous Southgate en novembre 2017.

Trent Alexander Arnold, Ben Chilwell, Joe Gomez, Jadon Sancho et Marcus Rashford – qui ont tous débuté dans la Ligue des Nations la semaine dernière – ont été mis au repos, tandis que Chelsea se joint à Ruben Loftus-Cheek et Callum Hudson-Odoi sont tous deux blessés.

Beaucoup de ceux qui semblent susceptibles de figurer pour Boothroyd cet été – y compris Abraham susmentionné – jouaient au football de championnat en 2018/19. Dean Henderson se bat pour commencer dans les buts devant Angus Gunn, et remporte sans doute sa victoire, tandis que Jay Dasilva, Lloyd Kelly, Ezri Konsa et Fikayo Tomori étaient tous deux de deuxième rang l’an dernier et se disputaient les places à l’arrière.

Il se peut qu’il n’y ait plus qu’un joueur de Premier League de la saison dernière dans l’arrière-garde de départ de l’Angleterre. Bien que Jonjoe Shelvey soit le plus expérimenté au niveau international, ce serait une parodie si ce n’était Aaron Wan-Bissaka. L’arrière du Crystal Palace fait actuellement l’objet d’un intérêt concret de la part de Manchester United.

L’athlète de 21 ans est non seulement le meilleur joueur anglais de la première saison de la saison dernière, mais aussi le plus haut du tournoi parmi les cinq meilleures ligues européennes (7,27). Avec une moyenne de 3,7 plaqués, 2,4 interceptions et 1,8 dribbles réussis toutes les 90 minutes, il a profité d’une campagne franchement remarquable et beaucoup ont estimé que sa forme méritait désormais une reconnaissance internationale de haut niveau.

Ailleurs, les options de milieu de terrain sont extrêmement agressives et il peut s'avérer difficile de placer James Maddison, Phil Foden et Mason Mount dans le même camp. Kieran Dowell ou Hamza Choudhury, de Leicester, auront peut-être un rôle important à jouer dans la protection de la défense, ce qui semble devoir basculer entre la formation 4-2-3-1 et la formation 4-3-3.

Boothroyd a expérimenté avec un dos trois fois par saison la saison dernière mais est revenu à un quatuor à partir de juin et il est peu probable qu'il bricole trop cet été. En conséquence, les coéquipiers des Foxes, Maddison, Demarai Grey et Harvey Barnes, pourraient se joindre à Choudhury lors du onze de départ.

Dans le même temps, le rôle de l’attaquant solo est très disputé. Abraham, Dominics, Calvert-Lewin et Solanke ont tous deux une chance de réussir.

En fait, dans l'ensemble de l'équipe, très peu de joueurs semblent constituer des piliers du tournoi. Boothroyd espère que la compétitivité de son équipe lui permettra de faire la rotation sans perturber le rythme. La formation de ce premier match avec la France sera probablement le meilleur indicateur de ce que l’entraîneur considère comme son équipe la plus solide si l’Angleterre progressait vers le dernier carré.

Reste à savoir si une équipe avec beaucoup moins d’expérience de haut vol que les autres gros frappeurs en Italie pourrait rivaliser dans les huitièmes de finale. En réalité, progresser d'un groupe comprenant la France, que ce soit aux côtés des blues ou à leurs dépens, serait un succès. N'importe quel avantage supplémentaire pour un groupe qui, s'il avait suivi les traces d'Italie et d'Espagne et appelé le meilleur joueur disponible, aurait été de véritables prétendants.