La protestation des joueurs nigérians à propos d'un bonus impayé suscite un échange animé

La protestation des joueurs nigérians à propos d'un bonus impayé suscite un échange animé
4.4 (87.5%) 32 votes


Par Osasu Obayiuwana

26 juin – Les Super Eagles du Nigeria participent mercredi à un match de groupe de la Coupe d’Afrique des Nations contre la Guinée, après un refus catégorique de se présenter à la conférence de presse d’avant-match habituelle à Alexandrie.

La protestation des joueurs portait sur l’incapacité de la fédération de football du pays à payer son bonus de 10 000 dollars par match, après avoir battu le Burundi 1 à 0 dans une première partie de groupe particulièrement difficile.

Une deuxième victoire sur la Guinée assurerait la place du Nigéria dans les huitièmes de finale du tournoi.

Gernot Rohr, l’entraîneur-chef du Nigeria, était le seul à assister à la conférence de presse. Ahmed Musa (photo), le vice-capitaine des Super Eagles, qui devait être avec Rohr sur le podium, aurait été «inévitablement absent».

Musa et ses collègues, au moment où se tenait la conférence de presse, étaient en pourparlers avec des responsables de la Fédération nigériane de football (NFF) sur le moment où ils allaient être payés.

Les joueurs avaient également menacé de boycotter la dernière séance d’entraînement d’avant-match de mardi, mais ils se sont désistés après que les responsables de la NFF aient rassuré l’équipe que tous les engagements financiers étaient respectés. Ils avaient plus d’une heure de retard pour la séance d’entraînement à la suite du conflit.

Quelques minutes après la victoire de samedi sur le Burundi, le président de la NFF, Amaju Pinnick, avait promis de régler les bonus des joueurs lundi.

Mais cet engagement n'a pas été tenu, selon les joueurs, ce qui a déclenché le boycott de la conférence de presse.

"Il nous a dit après le match que non seulement le bonus de match serait payé, mais également que le bonus de match pour le match contre la Guinée serait versé à l'avance, mais que les joueurs ne recevraient pas l'argent", a déclaré une source informée de NFF. Insideworldfootball.

Pinnick a confié à Insideworldfootball que la NFF avait toujours le Naira, la monnaie nigériane, comme prime à payer.

Mais il a ajouté que les joueurs avaient refusé de l'accepter, car le taux de conversion officiel du Naira en dollars américains était nettement supérieur à ce qu'il était possible d'obtenir sur le marché libre, ce qui signifiait que les joueurs perdraient de l'argent lors de l'échange, ce qu'ils ne faisaient pas. prêt à accepter.

Avant que les Super Eagles ne quittent le Nigéria pour la Coupe d'Afrique des Nations, le gouvernement nigérian n'avait pas publié le budget de 8,5 millions de dollars qu'il avait approuvé pour le tournoi.

Cela a contraint Shehu Dikko, le deuxième vice-président de la NFF, à rester dans le pays et à assurer la liaison avec les responsables de la présidence et du ministère des Finances pour obtenir le déblocage des fonds.

"Heureusement, une partie des fonds approuvés par le président Buhari est arrivée aujourd'hui (mardi) à la Banque centrale et est en train d'être convertie en dollars américains", a déclaré Dikko à Insideworldfootball.

«L’argent que nous recevons sera disponible pour s’occuper de tous les matches restants que nous disputerons à la CAN, jusqu’à la finale», a poursuivi Dikko.

Seyi Akinwunmi, président par intérim de la NFF – Pinnick, également premier vice-président de la CAF, est actuellement en poste à la tête du comité organisateur de la CAN – a déclaré avoir payé l'intégralité de ses contributions à l'équipe, jusqu'au groupe d'ouverture match contre le Burundi.

«Nous avons payé ces sommes par l'intermédiaire de nos gestionnaires de fonds, Financial Derivatives Company, lundi. Le seul problème que nous avons eu est que certains joueurs n’ont pas envoyé leur compte bancaire mais ont plutôt autorisé la banque à payer leur argent à d’autres personnes. La banque a demandé une autorisation claire pour que cela se produise », a déclaré Akinwunmi, dans un communiqué NFF.

"Toutes les clarifications ont été apportées et la relation et la compréhension cordiales habituelles entre les joueurs et nous, les administrateurs, sont toujours intactes", a-t-il poursuivi.

Chaque joueur nigérian participant au tournoi en cours en Égypte pourrait gagner jusqu'à 95 000 dollars pour avoir remporté la CAN, à supposer qu'il remporte les sept matchs disputés sur le trophée.

La manifestation des Super Eagles est le deuxième incident majeur impliquant une équipe de football nigériane en 96 heures.

Dimanche, les Super Falcons, l’équipe nationale féminine, ont refusé de quitter leur hôtel en France pendant plusieurs heures après avoir été éliminés par l’Allemagne lors de la Coupe du Monde en cours.

Ils ont également affirmé que des primes et indemnités de longue date restaient impayées, une allégation que Pinnick a démentie à Insideworldfootball.

Contactez l'auteur de cette histoire à