La politique de la FIFA terminée, la France s'attaque aux affaires de la Coupe du monde avec une victoire à l'ouverture

La politique de la FIFA terminée, la France s'attaque aux affaires de la Coupe du monde avec une victoire à l'ouverture
4.3 (86%) 40 votes


Par Andrew Warshaw à Paris

8 juin – Sortis du métro Parc des Princes pour le début de la huitième Coupe du Monde féminine, les supporters auraient pu pardonner de s’être demandé s’ils avaient choisi le mauvais jeu au mauvais moment.

Une seule affiche promouvait le football: le match de la France contre l’Albanie en septembre. Rien sur ce que les fans étaient réellement venus voir.

C’était peut-être un petit détail, mais cela résumait la différence entre les Coupes du Monde Hommes et Femmes. Il n’ya simplement ni le ballyhoo ni le razzmattaz qui accompagnent l’événement masculin.

C'est compréhensible. Le football féminin d’élite a certes progressé à pas de géant, mais il est encore meilleur que les hommes en matière de commercialisation et de mondialisation.

Et bien sûr, quand il s'agit de gagner de l'argent. Alors que les 30 millions d’euros attribués aux équipes participantes au cours des quatre prochaines semaines représentent le double du montant de 2015, il reste encore bien loin du prix de 400 millions de dollars des hommes (dont 38 millions de dollars pour le vainqueur, la France).

Néanmoins, malgré tout, cet événement grandit tous les quatre ans et il y avait une atmosphère attendue parmi les quelque 45 000 spectateurs – une fois, c’est-à-dire qu’ils avaient en fait réussi à négocier les files d’attente.

La cérémonie d'ouverture colorée, forte de 300 personnes, devant une foule de personnalités telles que le président français Emanuel Macron assis aux côtés du président de la FIFA, Gianni Infantino, a rapidement rassuré tout le monde lors d'une soirée balayée par le vent qui a semblé nettement inhabituelle.

La foule, majoritairement jeune, a annoncé "Allez les Blues" en compagnie de la France et de ses adversaires, la Corée du Sud, a pris le terrain. Après une interprétation captivante de La Marseillaise, il était temps d'agir.

La manière dont les Français ont dominé les débuts laisse présager de la résistance des adversaires qui ont commencé comme des lapins proverbiaux sous les feux de la rampe.

La circulation était à sens unique et, comme on pouvait s'y attendre, il ne restait que neuf minutes lorsque Eugenie Le Sommer a balayé la balle en direction du centre du centre de la skipper Amandine Henry 11th but dans autant de jeux.

Six groupes de quatre équipes s'affronteront pour les 16 places en éliminatoires sur la route qui mènera à la finale le 7 juillet à Lyon. La France, avec sept joueurs de l'Olympique Lyon, champions européens, dans leur formation de départ, aura des rencontres bien plus difficiles que celle-ci dans sa quête de gloire sur son sol natal pour tenter d'imiter ce que ses homologues masculins ont réalisé en Russie l'année dernière.

Les Coréens nerveux ont mis 15 minutes, même pour sortir de leur moitié de match, et ils ont semblé se laisser distancer par le coup de pied acrobatique de Griedge Mbock Bathy. Seul le VAR a été appelé pour la première fois du tournoi pour écarter le but. pour les plus marginaux des inconvénients: peut-être une demi-botte.

Cela importait à peine. Dix minutes plus tard, Wendie Renard, décrit avec une certaine condescendance comme le Virgil van Dijk du football féminin européen, mais surtout le chouchou de la foule, a fait un corner pour doubler l’avance.

Le centre français Renard célèbre sa contribution offensive

Le mouvement, la force et la technique de la France étaient trop pour les Coréens. Renard a pratiquement répété l'acte, marquant de manière majestueuse le fait que l'arrière-garde battue par les Coréens se classait au troisième rang de la 15e victoire française.th tentative au but.

Et c'était effectivement ça.

Eh bien, hormis le but du match, un superbe effort bouclé de Henry tardait à compléter le score de 4-0, une fin de semaine parfaite pour une semaine dans laquelle la plupart des gros titres du football parisien ont fait politique savoureuse du jeu.

Contactez l'auteur de cette histoire à