La grande légende de la CAF, Mustapha Famy, martèle le leadership d'Ahmad dans une lettre aux présidents des FA

La grande légende de la CAF, Mustapha Famy, martèle le leadership d'Ahmad dans une lettre aux présidents des FA
4.6 (91.18%) 34 votes


Par Osasu Obayiuwana

14 juillet – Mustapha Fahmy (photo), secrétaire général de la Confédération africaine de football (CAF) pendant 28 ans, de 1982 à 2010, a lancé une attaque acharnée sur le président actuel de la CAF, Ahmad, l'accusant d'incompétence et de destruction l'organisation de 62 ans.

Dans une lettre de trois pages qu'il a écrite à Ahmad (lien ci-dessous), écrite le 12 juillet, Fahmy, membre honoraire de la CAF, qui l'autorise statutairement à assister à l'Assemblée générale ordinaire annuelle de la CAF, a protesté contre son refus de l'inviter. à l'OGA de jeudi prochain, au Caire Marriott.

«Vous persistez à vouloir enfreindre les statuts de la CAF en refusant de m'envoyer une invitation en ma qualité de membre honoraire, pour me permettre d'assister aux débats de l'Assemblée générale», a commencé Fahmy.

«Ahmad, vous considérez que les membres honoraires n’ont pas le droit de vote, cela vous confère donc le droit de les empêcher de participer à l’Assemblée générale.

«Ce faisant, vous vous donnez un droit que vous n’avez pas, en vertu des Statuts de la CAF, car une décision de l’Assemblée générale ne peut en aucun cas être contestée par le Comité exécutif et davantage par le président. , Dit Fahmy.

Mustapha Fahmy appartient à une famille qui a eu le contrôle dynastique du Secrétariat de la CAF pendant 51 ans, un record sans égal dans aucune autre confédération.

Son père, Mourad, a été secrétaire général de 1961 à sa mort en 1982; Mustapha a repris ses fonctions pour les 29 prochaines années et a quitté ses fonctions en 2010.

Le marocain Hicham Amrani a été le premier non-égyptien à devenir président-directeur général de la CAF lorsqu’il a remplacé Fahmy en 2010.

Aucun Africain noir n'a jamais été responsable du secrétariat de la CAF en 62 ans d'existence.

Au départ d'Amrani en 2017 – après la défaite d'Issa Hayatou par Ahmad lors de l'élection présidentielle à Addis-Abeba – Amr Fahmy, le fils de Mustapha, a repris son travail dans "l'entreprise familiale", jusqu'à ce qu'il soit limogé par le comité exécutif de la CAF. d'Ahmad, le 11 avril 2019.

Selon le procès-verbal officiel de la réunion du comité exécutif de la CAF des 11 et 12 avril – tel que lu par ce correspondant – Amr Fahmy a été licencié pour "abus de confiance", "augmentation de salaire sans validation du Président", "verbale". agression envers les employés »,« insubordination »et« retard évident dans l’application des décisions du Comité exécutif ».

Mustapha Fahmy affirme qu'il a rejeté toute implication dans la nomination de son fils au poste de secrétaire général de la CAF en 2017. Il a toutefois précisé que son "refus" de participer à l'affaire n'avait rien à voir avec un manque de confiance en la capacité de son fils à faire le travail.

«J'aimerais vous rappeler (Ahmad) que lorsque vous m'avez informé que vous souhaitez le nommer secrétaire général des FAC, j'ai répondu que c'était votre propre affaire et que je ne voudrais pas participer à ce processus. Vous avez eu l'impression que je n'avais aucune confiance en ses capacités et capacités, mais c'était le contraire.

«Je n'avais aucune confiance en votre capacité à gérer une organisation aussi importante et importante que CAF. Vos prédécesseurs ont toujours eu pleinement confiance en leurs secrétaires généraux et ne sont pas intervenus dans le fonctionnement de l'administration.

«Mais en ce qui vous concerne, vous vous êtes toujours immiscé dans la gestion du secrétariat et dans les nominations à tous les niveaux.

«Vous avez congédié de brillants membres du personnel qui auraient pu constituer un véritable atout pour notre administration… vous ne parvenez qu'à garder ceux qui vous disaient que vous êtes les meilleurs et ceux qui vous suivaient toujours, tout le temps quand vous étiez au Caire, Dit Mustapha Fahmy.

Ahmad a déclaré à ce correspondant qu'il comptait renvoyer Amr Fahmy pour incompétence, un an après son mandat de secrétaire général de la CAF.

Mais à la suite de la grave maladie dont souffrait Amr Fahmy – qui l’a obligé à subir une opération complexe du cerveau – Ahmad a déclaré à Insideworldfootball, dans une interview avec ce journaliste à Djibouti, qu’il devait reporter l’inévitable.

«Si vous nommez une personne à un poste important et qu'il n'est pas capable de faire le travail, vous apportez un changement. C’est une partie normale de la direction », a insisté Ahmad.

«Mais il n’est pas normal que si un président souhaite révoquer un Premier ministre, le Premier ministre pleure à ce sujet, alors que le président a le pouvoir légal de vous révoquer. Il n'y a pas de problème dans CAF. Il y a peut-être un problème pour la personne qui a été renvoyée », a déclaré le président de la CAF.

Lectures complémentaires:

Contactez l'auteur de cette histoire, Osasu Obayiuwana, à l'adresse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *