La FIFA fait pression sur Anouma qui refuse le financement du gouvernement et poursuit sa campagne électorale

La FIFA fait pression sur Anouma qui refuse le financement du gouvernement et poursuit sa campagne électorale
5 (100%) 18 votes


Par Paul Nicholson

2 mars – Le candidat présidentiel de la CAF, Jacques Anouma (photo), a répondu à une demande du chef de la commission de gouvernance de la FIFA, Mukul Mukdal, affirmant qu'il n'avait reçu aucun financement pour sa campagne électorale de la part du gouvernement ivoirien.

Mukdal a écrit à Anouma le 26 février, interrogeant des informations dans les médias africains et dans Insideworldfootball, qu'il avait reçu un financement de campagne de 15,3 millions d'euros de la part des autorités ivoiriennes.

Mukdal a demandé une réponse d'Anouma avant le 2 mars, qui a été fournie et souligne qu'Anouma n'a reçu aucun soutien financier pour sa campagne présidentielle de la CAF.

Le gouvernement ivoirien a déclaré qu'il soutiendrait Anouma par les voies diplomatiques et politiques.

«Il est à noter que le candidat ne reçoit pas de financement des autorités ivoiriennes, ces dernières s'étant engagées, à travers le communiqué sanctionnant le Conseil des ministres du 20 janvier 2021, à mener des actions diplomatiques et relationnelles pour la promotion de la candidature. », A déclaré le comité de campagne d'Anouma dans une déclaration à Insideworldfootball.

Les questions autour du financement de la campagne soulèvent une fois de plus des questions sur les sales tours dans une élection de plus en plus influencée par la FIFA.

Au cours du week-end, des réunions à Rabat, au Maroc, ont vu des émissaires de la FIFA tenter de négocier un accord entre les candidats qui verrait le Sénégalais Agustin Senghor et le Mauritanien Ahmad Yahya se retirer de la course présidentielle et soutenir le candidat sud-africain Patrice Motsepe. Senghor et Yahya se sont vus offrir à la place les première et deuxième vice-présidences de la CAF.

Anouma, le seul candidat à avoir déjà siégé au Conseil de la FIFA et au Comité exécutif de la CAF, se serait vu offrir un rôle de «conseiller spécial» s’il se retirait de la course à la présidence. Ce que ce rôle impliquerait et la volonté manifeste de la FIFA de faire sortir Anouma de la course remettent vraiment en question la nature du rôle consultatif spécial offert qui, dans la pratique, est susceptible d'être dénué de sens. Les contacts de longue date et étendus d’Anouma à travers le football africain – et l’Afrique francophone en particulier – seraient probablement un obstacle à ce que de nombreux présidents de fédérations africaines appellent un président potentiel de la CAF «nommé par la FIFA».

Pour sa part, on ne sait pas si Anouma cèdera à la pression du “ Big Brother '' de la FIFA – désespérée de garder le contrôle de la pensée sur l'une des deux confédérations qui forment la base de soutien la plus incontestable du président de la FIFA, Gianni Infantino – ou s'il se battra l'élection.

Actuellement, Anouma est toujours sur la piste de la campagne avec un voyage prévu à Conakry en Guinée mercredi.

De plus en plus de rapports indiquent que les présidents africains sont mal à l'aise avec l'influence de la FIFA dans l'élection de leur président régional, l'instance dirigeante mondiale utilisant une fois de plus ses “ pouvoirs '' jumeaux de ses enquêtes éthiques et accordant de l'argent en tant que bâtons au troupeau d'électeurs africains dans le 'bonne' direction et ont été mis en évidence pour la dernière fois

Ce sont des outils puissants qui peuvent faire ou défaire une fédération nationale s'ils sortent de la ligne. Bien qu’un nombre croissant de présidents africains s’offusquent de plus en plus de l’approche «brutale» de la FIFA vis-à-vis de la politique de leur région, pas moins de 25 seraient prêts à voter contre Motsepe et la «ligne d’entreprise».

La source originale de l'histoire selon laquelle Anouma aurait reçu un financement du gouvernement ivoirien n'est pas claire. Le mensonge de cette histoire et la fabrication d'un soutien gouvernemental de plus de 15 millions d'euros indiquent désormais l'utilisation des médias dans une campagne de sales tours.

Une fois de plus, l'avenir et le droit à l'autodétermination du football africain semblent être à voter.

Lors de sa tournée en Afrique le mois dernier, Infantino a défendu à chaque arrêt la nécessité pour les nations africaines de prendre une position compétitive au sommet du football mondial, défiant les honneurs des grands clubs et des équipes nationales.

Il a souvent dit à son public africain que la FIFA était là, à chaque étape du processus, pour les amener à y parvenir. Pour les Africains qui votent pour leur prochain président à Rabat le 12 mars, la grande question du marchand de chevaux qu'est la politique du football international, c'est vraiment à quoi ils vont devoir renoncer pour obtenir ce soutien. Et est-ce en réalité plus important que l'argent que la FIFA doit déjà fournir à la région? Et bien sûr, à qui va cet argent et comment est-il dépensé?

Alors, est-ce une autre élection africaine basée sur l'alimentation des chevaux à l'auge ou une élection qui encourage vraiment une nouvelle Afrique avec une nouvelle pensée et un vrai leadership. Celui qui veut en fait se libérer de la corruption du dernier président africain soutenu par la FIFA, Ahmad Ahmad, et du comportement corrompu en série.

Contactez l'auteur de cette histoire à