La CAS renvoie la décision de rejeu de la Ligue africaine des champions aux organes «compétents» de la CAF

La CAS renvoie la décision de rejeu de la Ligue africaine des champions aux organes «compétents» de la CAF
4.3 (86.67%) 21 votes


Par Osasu Obayiuwana

31 juillet – La Cour d'arbitrage du sport (TAS) a annulé la décision de l'exécutif de la CAF suite à la controverse qui a secoué la finale abandonnée de mai dernier à Tunis entre l'Espérance tunisienne et le Wydad Athletic Club du Maroc, a annulé la décision de l'exécutif de la CAF comité le 5 juin à Paris, ordonnant la reprise du match.

Dans un communiqué publié mercredi à Lausanne, le TAS a déclaré que «le Comité exécutif de la CAF n’était pas compétent pour ordonner que la deuxième manche de la finale (le 31 mai) soit rejouée et a décidé d’annuler la décision contestée».

L’Espérance et le Wydad ont amené la Confédération africaine de football (CAF) à la CAS pour différentes raisons: l’Espérance voulait être déclaré champion, en raison de l’abandon du match par le Wydad à Tunis, tandis que le Wydad affirmait qu’il méritait de remporter le titre. l’absence de VAR et ce qu’ils ont décrit comme la piètre situation sécuritaire à Radès.

Mais le TAS n'a pas été en mesure de rendre son propre verdict sur le vainqueur du match nul.

En effet, les procédures judiciaires de la CAF, qui comprennent des audiences de ses comités interclubs et disciplinaires, ainsi que du comité d’appel – si l’un des clubs souhaite faire appel des verdicts initiaux des organes judiciaires compétents de la CAF – ne sont ni commencé ni terminé.

«Ayant annulé la décision du Comité exécutif de la CAF pour des raisons de forme, le TAS a décidé de renvoyer aux instances compétentes de la CAF les questions relatives à la retransmission de la finale de la finale et à la procédure disciplinaire actuellement pendante devant la CAF. et qui ne relève pas de la compétence du TAS dans la présente procédure d'arbitrage », a déclaré le TAS dans sa déclaration de Lausanne.

La décision de la CAS concernant la conduite du comité exécutif de la CAF le 5 juin à Paris était une conséquence de l’intervention illégale de la CAF dans ce qui est censé être un processus impartial et indépendant, dirigé par ses propres organes judiciaires.

Comme l’a observé le Tribunal arbitral du sport: «Il incombe maintenant aux autorités compétentes des FAC de passer en revue les incidents survenus dans le stade de Radès le 31 mai 2019, d’ordonner les sanctions disciplinaires appropriées, le cas échéant, et de décider en conséquence si le phase finale de la finale de la Ligue des champions de la CAF 2018/2019 doit être rejouée ou non. ”

À la suite de la décision du TAS, la décision antérieure de la CAF du 31 mai à Radès – d'attribuer le titre de champion de la Ligue des Champions à l'Espérance – sera maintenue, dans l'attente de l'institution et de l'épuisement des procédures judiciaires de la CAF, en ce qui concerne toute réclamation en justice et plaintes concernant le déroulement du match du 31 mai.

Un membre éminent de l’un des organes judiciaires de la CAF, qui a refusé de donner son nom, a déclaré à Insideworldfootball qu’il se félicitait de la décision du TAS.

«La décision du TAS est conforme à la loi. Le comité exécutif de la CAF n’aurait jamais dû s’immiscer dans ce qui est censé être un processus judiciaire indépendant.

«Comme tous les moyens juridiques n'étaient pas épuisés, le système judiciaire des FAC ne peut en aucun cas intervenir et examiner les questions juridiques dans leur intégralité.

"Cela ne peut se produire que lorsque tout le processus judiciaire des FAC sera terminé, ce qui n'est pas encore arrivé", a-t-il déclaré.

La réaction des deux clubs, à la suite de la décision, a été prudente.

Hecham Jilani, vice-président de l'Espérance, a déclaré à Insideworldfootball que son club "est heureux d'être à nouveau vainqueur de la Ligue des champions 2019", mais reconnaît que le verdict n'est pas encore complet ni définitif. épuisement du processus judiciaire des FAC.

Said Naciri, président du Wydad, a déclaré: «Je souhaite que le comité compétent se réunisse le plus rapidement possible pour statuer sur cette affaire. Je ferai de mon mieux pour défendre les droits du Wydad. "

Fouzi Lekjaa, président de la Fédération royale marocaine de football (FRMF), a déclaré à Radio Mars, une des plus grandes stations de radio marocaine, qu'il se tenait fermement derrière le Wydad.

«En tant que membre des FAC, je dirais qu'il n'y avait pas d'égalité entre les équipes. Le moment est venu de changer les choses dans le football africain, où la corruption existe depuis des décennies », a déclaré Lekjaa, deuxième vice-président de la CAF.

"Le Wydad doit être prêt pour la reprise … Je dirais aux Wydadis (fans du club) que je serais le premier à défendre les intérêts du club."

Au moment de la rédaction de ce rapport, la CAF n’avait pas encore publié de déclaration officielle sur le verdict de la CAS.

Contactez l'auteur de cette histoire, Osasu Obayiuwana, à l'adresse suivante: insideworldfootball.com