Exclusif: Le directeur financier licencié dit qu'Ahmad a ordonné à la CAF de payer le pèlerinage de la Omra

Exclusif: Le directeur financier licencié dit qu'Ahmad a ordonné à la CAF de payer le pèlerinage de la Omra
4.7 (93.85%) 13 votes


Par Osasu Obayiuwana au Caire, en Égypte

13 juillet – Mohamed El Sherei, limogé de ses fonctions de directeur des finances de la CAF le 8 juillet, a déclaré à Insideworldfootball que le président de la CAF, Ahmad, lui avait ordonné d'utiliser les fonds de l'organisation pour financer les vols et les dépenses de plusieurs membres du comité exécutif de la CAF, de hauts responsables de la CAF et de présidents de la FA. à travers l’Afrique qui ont assisté à la Omra, le «petit pèlerinage», en Arabie saoudite en mai 2018.

Cette utilisation des fonds du football, si elle s'avère vraie – comme le signalait Sherei à la commission d'éthique de la FIFA le 31 mai, six semaines avant son limogeage le 8 juillet – constituerait une violation flagrante des Codes d'éthique et de discipline de la FIFA, ainsi que Les directives financières de la FIFA et de la CAF interdisent l'utilisation des fonds du football pour le bénéfice personnel des officiels.

"Je peux confirmer que tous les paiements effectués par la CAF, concernant les personnes voyageant pour la Omra, ont été effectués sur les instructions directes du président Ahmad", a déclaré El Sherei, initialement suspendu de ses fonctions le 19 juin, au Caire, au Caire. Samedi.

«Toutes les factures en votre possession ont été payées par la CAF. Et ils ont raison », a poursuivi l'ancien directeur financier.

Dans les documents en possession de Insideworlddootball, authentifiés par El-Sherei (publiés ci-dessous), six membres du comité exécutif de la CAF – Moses Magogo de l'Ouganda, Sita Sangare du Burkina Faso, Souleyman Waberi de Djibouti, Jamal El-Jaafri de Libye, Ahmed Yahya La Mauritanie et l'Egypte Hani Abou Rida – qui a récemment démissionné de son poste de président de la FA de ce pays à la suite de sa triste performance à la Coupe d'Afrique des Nations – ont été répertoriés, parmi beaucoup d'autres, comme ayant fait le déplacement.

Kwesi Nyantakyi, ancien président de la fédération ghanéenne et membre du Conseil de la FIFA, a également été le premier vice-président de la CAF. Il a ensuite été banni à vie par la commission d'éthique de la FIFA en octobre 2018 – pour violation de l'article 19 (Conflits d'intérêts), Article 21. (Corruption) et l’article 22 (Commission) du Code d’éthique de la FIFA – figuraient également sur la liste de la Umrah de la CAF (voir documents ci-dessous).

Musa Hassan Bility et Isha Johansen, membres exécutifs des FAC libériens et sierra-léonais, tous deux musulmans, ne faisaient pas partie du voyage.

Bility a déclaré à Insideworldfootball qu'il avait refusé de participer à ce voyage et avait en fait prévenu Kwesi Nyantakyi, qui avait suggéré que Bility fasse partie du groupe de voyageurs et ne soit pas impliqué.

«Je suis au courant de ceux qui ont fait ce voyage. J'étais invité mais j'ai refusé d'y aller, car il y avait clairement quelque chose qui n'allait pas. Et nous pouvons tous voir les conséquences qui en résultent maintenant », a déclaré Bility.

El Sherei, dans une lettre qu'il a envoyée à la communauté africaine du football, a affirmé que son licenciement le 8 juillet était directement lié à la plainte du 31 mai qu'il avait déposée auprès de la commission d'éthique de la FIFA.

"Veuillez noter que la FIFA a accusé réception de mon (31)st Mai) plainte le 1st juillet 2019 et la résiliation de mon contrat par la CAF… a eu lieu le 8th de juillet.

"La rumeur qui circule à propos de mon licenciement est que j'ai envoyé une nouvelle plainte contre (le) président de la CAF à la chambre d'instruction du comité d'éthique de la FIFA", El Sherei.

Le président de la CAF, Ahmad, a déclaré samedi dans une conversation téléphonique avec ce correspondant qu'il était prêt à faire examiner sérieusement son comportement financier par la FIFA. Fatma Samoura, secrétaire générale de l'instance dirigeante mondiale, arrivera au Caire le 1er août mois au poste de «Déléguée de la FIFA pour l’Afrique», durant laquelle elle sera impliquée dans la gouvernance quotidienne de la CAF.

"Laissez la FIFA venir et laissez Fatma (Samoura) commencer son travail le premier jour d'août et nous verrons", a déclaré Ahmad à Insideworldfootball.

"C’est moi qui ai demandé à la FIFA de procéder à un audit de la CAF afin de vérifier s’il ya des problèmes avec la CAF."

«Je veux qu'une personne indépendante examine nos finances. Pourquoi les gens ont-ils peur que la FIFA vienne à la CAF et examine nos livres?

"Nous allons approuver la venue de Fatma lors de notre prochaine Assemblée générale ordinaire (qui se tiendra au Caire Marriott le 18 juillet, la veille de la finale de la Coupe d'Afrique des Nations) et nous en tirerons les choses", a déclaré le président de la CAF. m'a dit.

L'Assemblée générale ordinaire est également censée élire six membres de l'exécutif de la CAF, dont le mandat a expiré en avril.

Toutefois, même la légalité de la réunion de jeudi prochain est douteuse, car le délai de préavis légal de 120 jours n’a pas été accordé aux 54 associations membres de la CAF, comme l’a observé Elvis Chetty, président de la FA des Seychelles.

«Les statuts de la CAF déterminent le mode de convocation d’une assemblée générale ordinaire (OGA) ou d’une assemblée générale extraordinaire (EGA).

«Pour une OGA, ils prévoient un préavis de 120 jours. Les lois ne contiennent aucune disposition prévoyant (ou) de tolérer un préavis tardif », a déclaré Chetty.

«Si une association membre choisit de contester ses décisions devant le TAS, parce que le délai de préavis imparti (pour l'AGO) n'était pas conforme au délai prévu, j'estime qu'elles auront de bonnes chances de réussir.

"En fait, il est intéressant de noter qu'une AM peut choisir de contester le délai de préavis auprès de la SAE avant la date de la réunion, cherchant à obtenir le délai de préavis approprié, empêchant essentiellement la tenue de la réunion avant son décollage", a averti Chetty. .

Documents financiers (lien ci-dessous) indiquant les coûts payés par la CAF pour le pèlerinage des présidents dans l’Omra:

Contactez l'auteur de cette histoire, Osasu Obayiuwana, à l'adresse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *