Aperçu de la Liverpool Aston Villa Carabao Cup

Aperçu de la Liverpool Aston Villa Carabao Cup
4.1 (81.62%) 37 votes


Liverpool est en train d'affronter trois compétitions dans trois pays différents au cours des 11 derniers jours. Ils auront besoin de plus qu'un premier XI solide car les ressources, les jambes et les couettes seront à bout de souffle.

La Coupe du monde des clubs est la seule compétition que les Reds n'ont jamais gagnée malgré trois apparitions finales où ils n'ont marqué aucun but. Jurgen Klopp ne ressent pas le besoin d'être le «premier sur la lune» mais c'est l'occasion pour ses hommes d'écrire un autre chapitre du folklore d'Anfield.

Le coût de ce vertige de décembre est que Klopp n'avait d'autre choix que de laisser les enfants seuls à la maison.

Eh bien, ce n'est pas strictement vrai. Le manager des moins de 23 ans, Neil Critchley, sera en charge du quart de finale Carabao à Villa Park ce soir, la veille de l'arrivée des grands garçons à Doha contre Monterrey.

"Je pense que nous n'avons rien à perdre, nous n'avons rien à craindre et nous devons simplement voir cela comme une opportunité", a déclaré Critchley à propos de ses jeunes accusations. À en juger par leur combat et leur sang-froid dans le thriller de 10 buts contre Arsenal, c'est vraiment le cas. On peut dire que cette nuit a une résonance qui l'emportera sur tout ce qui suit. Le voyage dans les Midlands est un succès gratuit à bien des égards.

Malgré l'héroïsme contre le clan des Gunners, les fans des Reds les plus optimistes pourraient douter que Rhian Brewster (si la condition physique le permet), Harvey Elliott, Jones et Neco Williams puissent tout refaire ce soir.

Cependant, il y a un précédent pour que les Reds survivent à cette situation, bien que celui-ci n'implique pas que leur équipe de première équipe parcourt 3400 miles au Moyen-Orient.

Lors de sa première saison, il y a 15 ans, Rafa Benitez était confronté à un dilemme similaire. Un quart de finale de Coupe de la Ligue contre Tottenham hors de la maison a été pris en sandwich entre les matches de championnat et une sortie à faire ou à mourir le sixième jour de la phase de groupes CL. Cela vous semble familier, les fans des Reds?

L'Espagnol a emmené son équipe à White Hart Lane en milieu de semaine pour la cravate de la Coupe Carling après avoir piqué Arsenal avec le produit de l'académie Neil Mellor. Mellor jouerait un rôle pivot la semaine suivante contre l'Olympiacos lors d'une célèbre soirée Anfield. Gardant ses gros canons pour cette soirée mémorable de décembre, le patron des Reds a décidé de faire sonner les changements et de commencer avec plusieurs de ses joueurs marginaux dans le nord de Londres.

Les noms inconnus du gars local David Raven (qui gagnerait l'homme du match ce soir-là), Zak Whitbread, âgé de 20 ans, d'origine texane, Stephen Warnock, âgé de 23 ans, qui jouerait plus tard pour l'Angleterre, ainsi que le milieu de terrain irlandais de 19 ans Darren Potter et le fougueux John Welsh au milieu de terrain. Il y avait des camées importants pour l'ailier Mark Smyth et le vétéran relatif Richie Partridge, un homme de 24 ans qui est maintenant physio au club.

L'équipe de Tottenham était composée de Michael Carrick, Ledley King et Robbie Keane, tandis que la jeunesse de Liverpool a été légèrement compensée par le premier gardien Jerzy Dudek et d'autres pros plus expérimentés tels que Igor Biscan et en faveur de Stéphane Henchoz. Malgré cela, cela ressemblait à une promenade langoureuse dans la voie pour Martin Jol.

Pendant 108 minutes, les Spurs se sont précipités mais ont été prodigues, réalisant finalement la percée lorsque Jermain Defoe est sorti du banc pour marquer devant Dudek. Inexplicablement, avec seulement trois minutes restantes, Frédéric Kanoute a décidé de sauter, style alignement rugby, dans sa propre boîte de pénalité, manipulant le ballon pour donner une bouée de sauvetage à Liverpool. "Je l'ai vu à la télévision et c'est encore plus incroyable", a déclaré Jol à propos de l'intervention de Kanoute par la suite.

Le principal danger des Reds cette nuit-là était venu d'un prodige français que Gérard Houllier avait recruté. Florent Sinama-Pongolle, 20 ans, avait impressionné lors du Championnat d'Europe des moins de 16 ans et du Mondial des moins de 17 ans de la FIFA, mais ses grandes nuits étaient rares. A cette occasion, il a battu Paul Robinson puis a fait de même lors des tirs de barrage pour mettre Liverpool en demi-finale.

L’académie de Liverpool avait du mal à fournir à la première équipe un joueur senior notable depuis les débuts de Steven Gerrard en 1998. Benitez a restructuré en faisant venir des entraîneurs qui avaient travaillé au célèbre complexe de La Masia à Barcelone. Ils ont été choqués par ce qu'ils considéraient comme des installations inadéquates. «Les moins de 18 ans n'avaient pas d'avant-centre, pas d'équilibre. Ils n'avaient aucun niveau tactique, aucune compréhension du jeu », a déclaré l'entraîneur des jeunes Rodolfo Borrell, maintenant à Manchester City.

Après une décennie sombre, l'académie est à nouveau florissante. En plus de Trent Alexander-Arnold, l'émergence de Ki-Jana Hoever, Brewster et Jones en témoigne. Comme Alexander-Arnold l'a dit après avoir fait six à Madrid: "Je ne suis qu'un garçon normal de Liverpool dont le rêve s'est réalisé." L'été prochain, la première équipe et l'avenir se déplaceront ensemble sur un même site pour la première fois dans l'histoire du club. à Kirkby.

Quel que soit le résultat, ce soir, Liverpool est bien parti pour la prochaine vague de succès…