AHMAD EST LIBÉRÉ: le patron de la CAF absent mais doit rester en France pour une enquête criminelle

AHMAD EST LIBÉRÉ: le patron de la CAF absent mais doit rester en France pour une enquête criminelle
4.2 (83%) 20 votes


Par Paul Nicholson

6 juin – Le président de la CAF, Ahmad Ahmad, arrêté ce matin dans son hôtel parisien à 8h30, a été libéré dans la soirée mais devrait rester en France en résidence surveillée.

Le patron de la Confédération africaine de football (photo de droite) a été arrêté par des officiers de l’office français de lutte contre la corruption et des infractions financières et fiscales (OCLCIFF) au luxueux hôtel de Berri où il séjournait pour le Congrès de la FIFA avec des collègues du Conseil de la FIFA.

Bien qu'aucune accusation n'ait été portée contre Ahmad, citoyen français mais originaire de Madagascar, l'enquête de police serait liée à un contrat rompu entre Ahmad et Puma en décembre 2017 et confié à la société française Tactical Steel.

Selon les informations communiquées par Insideworldfootball, le contrat avec Puma s’élevait à 312 000 € mais a été annulé au profit de Tactical Steel qui a acheté le même équipement pour 1 195 603 $. Tactical Steel est dirigé par Romuald Seilier, un ami proche de Loïc Gerand, l'attaché personnel d'Ahmad.

L’accord avec Tactical Steel ne s’est pas arrêté là. À ce jour, on estime que la société française a facturé à la CAF près de 3 millions de dollars avec un certain nombre de paiements demandés par Seilier via une société turque appelée Serin Hidrafat Ltd et son compte auprès de la banque ING.

Les autorités françaises seraient en train d'enquêter sur le non-paiement d'impôts et le complot criminel pour se soustraire à des obligations fiscales. Tactical Steel est une société enregistrée en France et basée à La Seyne-sur-Mer. Ahmad pourrait potentiellement faire l'objet d'accusations de facilitation de conspiration criminelle visant à éviter les impôts et à frauder le gouvernement français.

Son arrestation a compliqué une semaine chaotique de la politique du football africain avec la confédération ordonnant de rejouer le match retour de la finale de la Ligue des champions, après avoir initialement attribué le titre à l'Espérance après que le Wydad Casablanca se soit retiré et ait refusé de revenir sur le terrain en signe de protestation système VAR autonome.

Le football africain étant toujours sous le choc de cette décision, la nouvelle de l'arrestation de son président, déjà submergé par de nombreuses accusations de corruption et de harcèlement sexuel, a suscité de nouvelles vagues de méfiance à l'égard du leadership d'Ahmad sur tout le continent.

Selon des sources de la CAF, le comité exécutif de la CAF, de plus en plus critique, croit de plus en plus qu'Ahmad doit se retirer pour permettre à la confédération de se préparer pour son championnat de la CAN en Egypte, qui débutera le 21 juin. Il est difficile de voir comment il pourrait maintenir la direction fonctions alors qu’il était confiné en France et qu’il risquait de se battre.

Le vice-président senior qui interviendrait au cas où Ahmad démissionnerait ou serait démis de ses fonctions est le Nigérian Amaju Pinnick. Pinnick avait déjà quitté Paris pour Lagos lorsque la nouvelle de l’arrestation d’Ahmad a été annoncée. Il est entendu qu'il rentre demain à Paris pour une série de réunions urgentes de la CAF.

La position de la FIFA reste à préciser. La ligne de conduite évidente pour l'instance dirigeante mondiale consisterait à suspendre Ahmad pendant que son organe d'éthique achèvera sa propre enquête – ce à quoi il fait allusion aujourd'hui était en cours sans confirmation directe. Le fait qu’il ait refusé d’agir pour protéger les femmes qui ont signalé de multiples incidents de harcèlement sexuel choque suffisamment et rend assez ridicule le colloque de son propre congrès féminin qui se tient actuellement à Paris et que le président de la FIFA, Gianni Infantino, adressera demain.

Plus la FIFA refuse d'agir, plus les appels à un changement réel deviennent pressants et plus l'opinion publique (et dans le football) est convaincue que le fait que la FIFA prétende être une organisation «propre» ne fait que dissimuler la réalité d'une organisation financièrement gonflée qui n'a pas tiré les leçons de son passé ou montrant une réelle inclination à.

Contactez l'auteur de cette histoire à

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *