Ahmad a déclaré que son "linge sale" ne serait pas lavé en public et a promis l'Afrique à Infantino

Ahmad a déclaré que son "linge sale" ne serait pas lavé en public et a promis l'Afrique à Infantino
4 (80%) 31 votes


Par Andrew Warshaw à Paris

4 juin – Le chef du football africain Ahmad, qui n’est pas confirmé par des informations non officielles, fait l’objet d’une enquête de la part des gourous de la déontologie de la FIFA. Il a plaidé aujourd’hui pour l’unité entre ses collègues par un cri de ralliement qu’il espérait pouvoir éviter des attaques croissantes contre sa présidence, la plus grande confédération de la FIFA.

Utilisant mercredi la réélection de Gianni Infantino à la présidence de la FIFA comme moyen de détourner l'attention de ses propres dirigeants, affirmant que l'Afrique "resterait toujours à vos côtés", Ahmad était presque partisan de son soutien à Infantino, pour qui la majorité du continent avait voté. 2016

Déclarant qu'il avait reçu d'innombrables messages de soutien, Ahmad a tenu à préciser qu'il n'avait pas été ébranlé par les récentes critiques concernant sa présidence, dont une grande partie provenait de son propre cercle intime.

"Je préfère m'assurer que le linge sale ne soit pas lavé en public", a déclaré Ahmad lors d'un sommet de la Confédération africaine de football dans la capitale française.

Bien que la FIFA n’ait jamais commenté des cas particuliers sur lesquels elle enquêtait, de nombreux rapports ont révélé qu’Ahmad était en train d’être interrogé par le comité de déontologie de la FIFA à la recherche d’irrégularités financières.

L’enquête porterait notamment sur les informations fournies par l’ancien secrétaire général des FAC, Amr Fahmy, qui a été personnellement limogé par Ahmad à l’ouverture d’une récente réunion de la CAF au Caire et remplacé par le Marocain Hajji Mouad.

Il semble que Fahmy ait été licencié après avoir accusé son patron d’avoir mal utilisé des centaines de milliers de dollars, ainsi qu’un document interne incriminant qui aurait été envoyé au département de la déontologie de la FIFA.

La documentation contiendrait un certain nombre d'allégations contre un homme qui n'est en poste que depuis deux ans.

Ahmad serait particulièrement contrarié par les allégations de harcèlement sexuel. À Insideworldfootball, le secrétariat de la CAF a envoyé à la FIFA une lettre faisant état des plaintes de quatre employés de la CAF.

Malgré la véhémente insistance sur le fait qu’il n’a rien fait de mal, la pression exercée sur Ahmad dans la confédération qui divise le plus l’administration de la FIFA est telle qu’Ahmad a révélé qu’un congrès spécial de la CAF aurait lieu dans quelques semaines pour «expliquer passe réellement ".

Cela serait suivi, a-t-il déclaré, d'un forum chargé de mettre en place un comité de gouvernance chargé de "traiter tous les problèmes liés à l'éthique".

Une telle stratégie vise sans aucun doute à renforcer l’image de marque d’Ahmad, mais tout le monde du football africain ne sera pas convaincu.

Ahmad a déclaré aux délégués que, depuis qu’il était président de la CAF, il avait démontré une répartition plus équitable des fonds, mais qu’il ne pouvait s'empêcher de mettre à sa place ses critiques, dont beaucoup se trouvaient dans la même pièce dans un hôtel exclusif du centre-ville de Paris.

«Ces deux dernières années, cela n’a pas été facile, car certaines personnes ont pris en otage cette administration», a-t-il déclaré.

Ce n’était ni le moment ni le lieu pour que les ennemis d’Ahmad se lèvent et soient comptés. Au lieu de cela, ils ont dû l'écouter lui promettre qu'il souhaitait une confédération propre autant que quiconque.

«Même si je ne reste qu'une semaine de plus, je continuerai à essayer de nettoyer la CAF», a-t-il déclaré.

Ahmad a reçu un soutien important de la part du chef de la FA du Niger, qui a appelé à la retenue. "Chaque fois que les gens essaient de souiller le nom du président Ahmad, il en va de même pour toutes nos fédérations", a déclaré Djibrilla Hima Hamidou. "Notre comportement doit donner le bon exemple."

Sans le vouloir ou non, il a ensuite ajouté: «Cela inclut le comportement de nos dirigeants. Peut-être que si les choses se détériorent, c'est parce que nous ne donnons pas le bon exemple. "
Infantino, habitué à se critiquer depuis qu’il a pris le relais de Sepp Blatter, a rendu le «soutien indéfectible» d’Ahmad.

«Je sais ce qui se passe en ce moment et qu'il y a un certain montant ou des turbulences», a déclaré Infantino à la réunion avant de poursuivre ses appels de courtoisie aux autres sommets régionaux tenus par différentes confédérations avant sa réélection pour un deuxième mandat. .

«Mais je crois en l’Afrique. Restez calme, maintenez la solidarité… et essayez de trouver des solutions. ”

Plus facile à dire qu'à faire.

Contactez l'auteur de cette histoire à