Comme Rabiot, d’autres joueurs de l’équipe de France ont défrayé la chronique


Photo by Ben Sutherland, CC BY 2.0

Alors que, une fois n’est pas coutume, l’annonce de la liste des 23 Bleus sélectionnés pour la Coupe du Monde s’est faite sans grandes polémiques, ni très grandes surprises, le calme et la sérénité qui entourait le groupe France ont, pour un après-midi, volé en éclat suite aux propos improbables d’Adrien Rabiot et sa décision, contre toute logique, de refuser son poste de suppléant. Le motif ? Il estimait avoir le niveau pour faire partie des 23, bien que chacune de ces apparitions en bleu, 6 pour être exact, se soit à chaque fois terminée par une sensation plus que mitigée sur ses performances.

Est-ce le fait d’évoluer au sein du club de la capitale, seul joueur formé au club à s’entraîner chaque jour avec toutes les stars du PSG et à être devenu un des maillons importants de l’effectif, qui lui a fait prendre la grosse tête ainsi ? Cette sortie de piste est d’autant plus détonante que Rabiot n’avait jamais fait de frasque avant ce jour, étant considéré par le grand public comme un bon gars, sans bénéficier de l’énorme capital sympathie de Mbappé certes, mais bien loin du désamour des Français pour d’autres de leurs anciens milieux comme Nasri et Ribéry. Et à seulement 23 ans, Rabiot vient peut-être de se fermer la porte de l’équipe nationale pour très longtemps, en tout cas tant que Deschamps en sera le sélectionneur.

La France, spécialiste des rebelles

À moins que le jeune Rabiot n’ait voulu suivre l’exemple de nombreux autres illustres joueurs français qui ont un jour ainsi tourné le dos à l’équipe de France, et bien souvent pour la même raison de ne pas avoir été sélectionné alors qu’il se voyait déjà en haut de l’affiche. Malgré tout, on retrouve tout de même dans cette liste des grands habitués des problèmes extra-sportifs, aussi bien en club qu’en sélection. Ainsi, c’est logiquement qu’Éric Cantona, dont la carrière en équipe de France aura connu bien plus de bas que de haut, ait un jour pété les plombs en critiquant avec des mots plus que crus le choix de Henri Michel de ne pas le prendre pour un simple match amical face à la Tchécoslovaquie en 1988. Toutefois, l’espoir existe pour Rabiot, car Cantona reviendra sous le maillot tricolore après avoir purgé 10 mois de suspension, et sous les ordres du nouveau sélectionneur Michel Platini.


Photo by Michaël Belmemans, CC BY-SA 4.0

Nicolas Anelka est un autre spécialiste de ce genre de coups d’éclats. Et avant sa sinistre révolte contre Domenech à la Coupe du Monde 2010, il s’en était déjà pris à Jacques Santini en 2003, refusant une convocation en remplacement de Sydney Govou à moins que le coach ne vienne s’excuser en s’agenouillant devant lui. Malheureusement, Raymond Domenech a eu la riche idée de le relancer, avec la conclusion que l’on connaît dans le fameux bus de Knysna.

Domenech, de nombreux conflits

L’homme le plus détesté de France durant 4 ans a aussi eu beaucoup de mal avec d’autres joueurs, au tempérament pourtant plus calme que celui d’Anelka. Ainsi, Robert Pirès en 2004, mis au placard par Raymond critiquera l’ego surdimensionné et l’attitude hautaine du coach face à lui. Trois ans plus tard, c’est Philippe Mexès, non-appelé pour les 3 grands rendez-vous entre 2006 et 2010, qui fustigera le côté antipathique du patron des Bleus.

Depuis son départ toutefois, et les arrivés de Blanc et de Deschamps, les relations entre joueurs et coachs s’étaient adoucies, à l’exception du cas particulier de Benzema, plombé par l’affaireque l’on connaît bien, mais Rabiot a voulu donner un coup de pied dans la fourmilière. Mais il en faudra probablement plus pour perturber un groupe assez soudé, toujours considéré par BetStars comme le troisième favori de la Coupe du Monde avec une cote de 7,00, juste derrière le Brésil et l’Allemagne, et surtout un coach plus que rompu à l’exercice médiatique et à la tenue de son vestiaire. S’il y a un seul perdant dans cette histoire, ce devrait bien être Rabiot lui-même.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*