« La FIFA domine la corruption et cherche à clore le dossier »

En blanchissant le qatar des accusations de corruption dont le pays fait l’objet dans un rapport au verdict sans surprise et incomplet, la FIFA s’enfonce encore un petit peu plus dans le scandale et génère une pluie d’indignations.

Comme annoncé, le rapport de Michael Garcia, portant sur d’éventuelles irrégularités au niveau de l’attribution des Mondiaux 2018 et 2002, n’a pas été publié dans son intégralité et c’est donc sans surprise que la FIFA vient d’indiquer que l’attribution de ces deux compétitions ne souffrent d’aucune contestation.

Michael Garcia, l’auteur du rapport, est furieux de constater que son travail a été instrumentalisé :  « La décision du président de la chambre de jugement contient plusieurs présentations incomplètes et erronées des faits et conclusions détaillées dans le rapport. J’ai l’intention de faire appel de cette décision devant le Comité d’appel de la FIFA. »

Mais il n’est pas le seul. Jérôme Champagne, ancien secrétaire de Sepp Blatter et candidat à la présidence de la FIFA, est lui aussi monté au créneau : « On doit savoir : on ne peut pas célébrer la Coupe du monde, le plus grand événement sportif, avec derrière la tête tous ces soupçons, ces allégations. On finira par le savoir. On n’est qu’au début du processus. Je réclame la publication intégrale du rapport. »

En voulant étouffer ce scandale sans précédent, la FIFA s’enfonce encore un peu plus dans les ennuis et essuie une averse d’indignations, notamment en Angleterre où la presse britannique n’a pas fait dans la dentelle dans ses unes du jour :

« La FIFA est une vaste blague », Daily Express.
« La honte du football »  le Telegraph
« Poudre aux yeux »  le Daily Mail.
« La FIFA domine la corruption et cherche à clore le dossier »,  le Guardian.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*