Ces footballeurs fans des jeux d’argent

Ils ont beau très bien gagner leurs vies, certains footballeurs donnent l’impression d’être à la recherche perpétuelle de plus d’argent en allant jouer leurs salaires au casino. A moins que ce ne soit qu’un besoin de sensations fortes, de montée d’adrénaline …

Balotelli, flambeur au grand cœur

Mario Balotelli lorsqu’il jouait pour Manchester City, gagnait environ 120 000 euros brut par semaine mais cela ne l’empêchait pas de fréquenter assidument les salles de jeu. Super Mario n’aurait pas seulement du talent dans les pieds, mais serait également un joueur avisé. Le Sun révèle en effet qu’il avait été surpris à la sortie de la salle de jeux le Manchester 235 avec la coquette somme de 28 000 euros. Grand seigneur, le tabloïd révèle qu’il aurait lâché 1200 euros à un SDF sur sa route.

Wayne Rooney, joueur compulsif et malade imaginaire

Alors qu’il était censé être convalescent et se reposer en Angleterre, Wayne Rooney s’est fait griller dans un casino à Las Vegas. Pour ne rien arranger, l’international anglais s’est fait photographier une bière à la main, accoudé à une table de jeu.

Il y a quelques années l’attaquant mancunien était un drogué aux jeux d’argent sous toutes ses formes. Une activité qui ne lui russisait pourtant pas puisqu’il avait accumulé jusqu’à 700 000£ de dettes. En 2008 il aurait perdu  65 000£ en deux heures dans un casino de Manchester.

Gérard Piqué, joueur de poker talentueux

En 2011 Gérard Piqué a fini troisième d’un tournoi à 5000€ le ticket d’entrée. Une jolie performance étant donné qu’ils étaient 63 au départ. Le défenseur du Barça a rivalisé avec les meilleurs pendant plus de sept heures pour finalement empocher quelques 40.000€. Une coquette somme pour le commun des mortels qui ne représentait que quatre jours de son salaire de l’époque.

Papiss Cissé se grille au casino

En 2013 le sénégalais refusait catégoriquement de porter le nouveau maillot de Newcastle car Wonga, le nouveau sponsor de prêts sur salaires allait à l’encontre des valeurs de l’Islam. Écarté du groupe en attendant de trouver une solution, le joueur a été reconnu et photographié dans un casino. Après quoi il n’a eu d’autre choix que d’accepter de porter son nouveau maillot.

Ces joueurs qui brassent des millions chaque année, et qui ne gagnent au final que de l’argent de poche comparé à leurs revenus, ne sont clairement pas en quête de fortune lorsqu’ils entrent dans un salle de jeu, l’intérêt est ailleurs selon David Merry, Directeur de  CastleCasino.com  : « Les joueurs professionnels sont régulièrement soumis à des contrôles très stricts et ne peuvent plus abuser de l’alcool ou de la drogue, certains deviennent donc dépendants au jeu ».

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*