Loïc Rémy papa ? L’attaquant forcé de passer un test de paternité

Crédit photo : Abaca

Exilé en Angleterre, Loïc Rémy se découvrira-t-il un fils dans les jours prochains ? C’est ce qui pourrait bien se passer si le test de paternité ordonné par la justice se révélait positif…

L’affaire remonte au temps où l’attaquant de l’équipe de France martyrisait les défenses de Ligue 1, la liquette de l’Olympique de Marseille sur le dos. En 2012, Nice-Matin révélait qu’une jeune fille de 25 ans, Valentine Mini, assurait que son petit garçon, Adriano (né le 4 novembre 2011) était le fils de la star aujourd’hui à Newcastle. Loïc Rémy n’avait pas reconnu l’enfant, fruit d’une relation passionnée d’un an, et n’avait plus donné de nouvelles à Valentine…

Cette dernière avait donc porté l’affaire devant le tribunal de Marseille, espérant que Loïc Rémy reconnaîtrait son fils. Et la cause de la jeune femme a été entendue puisque le TGI a ordonné le 7 janvier que l’attaquant se soumette à un test de paternité. « On m’a salie, on a essayé de me faire passer pour une fille de rien, alors que je voulais juste que mon fils porte le nom de son père, pour qu’il ne vienne pas un jour me demander d’où il vient, qui il est ! Ça n’a jamais été une question d’argent, et ça ne le sera pas !« , explique Valentine dans sur le site Internet de Nice-Matin, alors que Me Allegrini, l’avocat du joueur qui a toujours nié être le père de l’enfant, mettait à l’époque en avant l’aspect pécuniaire de l’affaire.

Pour convaincre le tribunal de grande instance de Marseille, la maman du petit Adriano devait apporter la preuve de sa relation avec Loïc Rémy. Ce fut chose faite pour une histoire qui dura près d’un an : « J’ai eu un coup de coeur. Je peux même affirmer qu’il était partagé. Pas du tout fiesta et sorties à gogo. On passait toutes nos soirées ou presque juste à deux. On avait les mêmes délires, on aimait la même musique …

Lire la suite sur Pure People

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*