Faux contrats publicitaires : Thuram aurait touché 600 000 euros

Crédit photo : TF1

Empêtré dans une rupture on ne peut plus médiatique, Lilian Thuram est rattrapé par la justice dans une autre affaire : celle des salaires occultes et contrats publicitaires fictifs dont auraient bénéficié plusieurs joueurs du Parme AC Football entre 1992 et 2003.

Le procureur de Parme vient d’ordonner le renvoi devant la justice de 26 personnes, ex-joueurs, agents et dirigeants du club, dont l’ancien compagnon de Karine Le Marchand qui sera entendu prochainement, a appris l’AFP lundi de source judiciaire.

L’affaire éclate début 2012 dans le cadre d’une enquête pour « banqueroute frauduleuse involontaire » du géant de l’agro-alimentaire Parmalat, propriétaire du club de football. Selon l’enquête, Calisto Tanzi, patron de Parmalat du club, aurait sorti plus de 10 millions d’euros des caisses de sa société en faveur de ses footballeurs pour de faux contrats publicitaires. Selon l’AFP, ce stratagème aurait permis de verser des compléments de salaires fictifs aux joueurs. Selon l’enquête, « les prestations en réalité n’étaient en aucun cas exécutées et totalement inadéquates avec les compensations payées« .

Selon la Gazetta di Parma, onze joueurs seraient concernés, parmi lesquels le Colombien Faustino Asprilla qui aurait touché 3,2 millions d’euros ou encore l’Argentin Hernán Crespo, 1,4 million d’euros. Lilian Thuram n’aurait touché que 600 000 euros…

Lire la suite sur Pure People

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*