Le Qatar accusé d’esclavagisme

Crédit photo : Panoramic

La Coupe du monde 2022 qui se déroulera au Qatar avait provoqué la polémique lors de son attribution à cause des températures très élevées auxquelles devront s’accommoder les joueurs.

Mais cette fois, le problème de chaleur est beaucoup plus grave et met en danger la vie des ouvriers selon Sharan Burrow, la secrétaire générale de la Confédération syndicale internationale (CSI). « Plus de travailleurs vont mourir pendant la construction (des stades) que de footballeurs ne fouleront les terrains », a-t-elle confié dimanche au quotidien grec Avgi.

Mais en plus de faire travailler des ouvriers par des températures pouvant atteindre 50°C, c’est le traitement qui leur est réservé qui est montré du doigt par la secrétaire générale du CSI.  « Ils risquent les crises cardiaques et la déshydratation… Beaucoup meurent la nuit, de coups de chaud », a-t-elle déclaré afin de mettre en lumière le manque de protection de la part des autorités. Et le terrible portrait dressé par Sharan Burrow ne s’arrête pas là. En effet, les passeports des ouvriers seraient en plus retenus à l’entrée du territoire par les autorités afin de les empêcher de quitter le pays.

Lire la suite sur So Foot

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*