Zidane : « Choqué et blessé » au tribunal, face à Alévêque

Crédit photo : Pure People

« Panneau publicitaire à trois neurones« , « pute« , « con comme une bite« … C’est par ces quelques mots doux que Christophe Alévêque décrivait Zinédine Zidane dans une interview à SportMag en 2011.

Après un premier procès perdu en mars 2012, l’ancienne star des Bleus s’est cette fois rendue devant la cour d’appel, jeudi 24 janvier, pour continuer de poursuivre l’ex-trublion de la bande à Laurent Ruquier pour injure. Plus à l’aise dans un stade de football que dans un tribunal, l’icône du ballon rond s’est dit « choqué et blessé » par les propos de l’humoriste. « C’est gratuit et ça fait mal« , a-t-il assuré, d’une voix parfois inaudible, selon l’AFP.

Vêtu d’un polo noir, une écharpe autour du cou, Zinédine Zidane estime devant la cour que Christophe Alévêque a dépassé les limites. S’il « accepte la critique« , le champion du monde 98 ne tolère pas d’avoir été « insulté. » Celui qui n’avait jamais attaqué quiconque en justice avant cette affaire juge qu’à l’égard de sa femme, ses enfants et sa famille, « c’est juste pas possible. » D’après son avocat, Me Carlo Alberto Brusa, les propos « blessants » de Christophe Alévêque ont « touché l’honneur » de l’ex-numéro 10 emblématique des Bleus, très ému à la barre. « Je suis là parce que j’ai été insulté comme jamais je n’ai été insulté. Ça ne passe pas« , a-t-il ajouté, venu spécialement de Madrid pour le procès en appel. La star réclame désormais 1 euro symbolique de dommages et intérêts alors qu’il avait demandé en première instance 75 000 euros, qu’il s’était engagé à verser à une oeuvre caritative.

Lire la suite dans Pure People

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*