Marco Materazzi descend Zinédine Zidane et Zlatan Ibrahimovic

Crédit photo : Pure People - BestImage
Marco Materazzi est probablement l’Italien le plus connu de France. Et risque de l’être encore un bon bout de temps. Du moins tant qu’on lui parlera de ce fameux coup de boule reçu un soir de finale de Coupe du monde en 2006 de la part d’un Zinédine Zidane qui terminait ainsi sa carrière de la plus inattendue des manières…

Après avoir posé avec fierté devant la sculpture géante du fameux geste, exposé devant le centre Pompidou malgré la polémique, Marco Materazzi est revenu sur l’après-geste et sur ses multiples tentatives de rabibochage, systématiquement rejetées par Zinédine Zidane.

Dans les colonnes de France Football, l’ancien de l’Inter de Milan est ainsi revenu sur ce non-événement que fut leur rencontre de novembre 2010, où le légendaire meneur de jeu tricolore avait refusé la poignée de main de son meilleur ennemi.

« Pour les gens, par rapport à cette histoire de coup de tête, je suis le méchant. Si Zidane avait reconnu m’avoir serré la main, tout le monde aurait dit : ‘Zidane est un seigneur parce qu’il a serré la main à cette merde…’ Il a perdu une occasion de faire belle figure », confie-t-il ainsi.

Celui que l’on surnommait Matrix au temps de sa splendeur est également revenu sur celui qui occupe la une des gazettes sportives, Zlatan Ibrahimovic. Et visiblement, Zlatan, qui fut son coéquipier de 2006 à 2009, n’est pas son meilleur pote :

« Quand il est arrivé à l’Inter, notre relation était bonne, mais ensuite, le rapport a changé. Que ce soit un phénomène, un des cinq plus grands joueurs au monde, ça ne fait aucun doute. C’est un des plus grands joueurs avec qui j’ai joué. Mais on est vraiment grand quand on se met aussi à la disposition du groupe. (…) Ce n’est jamais sa faute. Et ça, pour moi, c’est un point faible de son caractère… »

Avant d’ajouter avec sincérité :

« Quand un coéquipier est en difficulté, on doit l’aider et non le massacrer. C’est son grand défaut. Une équipe, ce n’est pas seulement un joueur. Si tu te comportes ainsi, tu dois te poser des questions, te demander pourquoi tu ne gagnes pas le Ballon d’or. C’est peut-être la raison pour laquelle il n’a jamais réussi à devenir Messi ou Ronaldo. »

Lire la suite dans Pure People

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*