Football italien : Qui sont les joueurs au cœur du scandale ?

Domenico Criscito n'ira finalement pas à l'Euro 2012 FILIPPO MONTEFORTE / AFP

Les 19 interpellations et 30 perquisitions menées ce lundi ne représentent qu’une partie émergée de l’iceberg du scandale. Le foot italien va mal. Retour sur les noms de ces joueurs qui ont défrayé la chronique depuis plus d’un an.

Le scandale du Calciocommesse connait de nombreuses ramifications mais le fond est simple. Des joueurs qui truquent les matches contre de l’argent, permettant à des parieurs d’encaisser le jackpot. Voilà les principaux noms qui reviennent, certains sont ou furent de grands joueurs.

Ceux qui payent aujourd’hui la note

Stefano Mauri. Âgé de 32 ans, ce milieu de terrain est le capitaine de la Lazio de Rome, l’un des clubs emblématiques de la péninsule. Il a été sélectionné à onze reprises pour évoluer avec l’équipe nationale d’Italie. Interpellé lundi, son nom est apparu il y a quelques mois dans la procédure « Last Bet », cette vaste enquête policière visant à dénoncer les matchs truqués des championnats italiens. Mauri a été impliqué dans le scandale par un des joueurs repentis, Carlo Gervasoni, arrêté en avril. Selon Gervasoni, Mauri a participé au trucage des matches Lazio-Genoa (4-2, 14 mai 2011) et Lecce-Lazio (2-4, 22 mai 2011). Entendu sur cette affaire par la justice sportive en avril, Mauri avait dit aux tifosi de la Lazio: « Soyez tranquilles, j’espère que cette affaire sera bientôt terminée ». Raté.

Domenico Criscito. Ancien grand espoir du football italien, âgé de 26 ans et tout de même sélectionné à 17 reprises en équipe d’Italie, Criscito ne jouera pas l’Euro-2012. Interrogé ce lundi matin – mais pas interpellé – il lâche la sélection. « Ce n’est pas son objectif principal, il veut clarifer sa situation », a dit lundi le vice-président de la Fédération italienne de football, Demetrio Albertini. En 2011, « Mimmo » Criscito a signé au richissime Zenith Saint-Petersbourg. « Je suis aussi parti à l’étranger pour des raisons économiques », avait-il admis, vendredi dernier.

Antonio Conte. Ancien coéquipier de Zinédine Zidane à la Juventus quand il était joueur, Antonio Conte est aujourd’hui le brillant entraîneur du club turinois, nouveau champion d’Italie. Entendu, comme Criscito, sous statut de témoin assisté (avviso di garanzia, en italien), son domicile a été perquisitionné. Les enquêteurs s’intéressent à la période où il entraînait Sienne, dans l’oeil du cyclone et désigné par le procureur Di Martino comme le plus « impliqué » (7 ou 8 rencontres douteuses).

Ceux qui l’ont payé hier

« Beppe » Signori. Ancien légende du foot italien (plus de 200 buts en Serie A) et de la Lazio, Giuseppe Signori a été suspendu de toute activité dans le football pour une période de cinq ans, en 2011, lors du début du scandale des matches truqués. Il aurait placé de fortes sommes sur des matchs arrangés.

Cristiano Doni. Capitaine de l’Atalanta Bergame, ancien international italien, près de 500 matchs professionnels, Doni est toujours mis en examen. Il est soupçonné de faire partie de l’organisation de cette mafia des matchs truqués. Quelques minutes avant son interpellation, en 2011, il avait tenté de se cacher derrière sa voiture, dans son garage.

Simone Farina. A proprement parler, « celui par qui le scandale est arrivé ». Défenseur dans le petit club de Gubbio (Serie B), il aurait été approché par son ancien coéquipier Alessandro Zamperini : 200 000 euros versés pour truquer un match de Coupe d’Italie contre Cesena. Il a refusé et dénoncé les faits à la police, entraînant l’ouverture des différents volets de l’enquête. Pour saluer la probité de ce joueur modeste, le sélectionneur Cesare Prandelli l’a invité à un stage de l’équipe d’Italie.

L’un des matchs qui fait scandale : Lecce-Lazio (2-4).

« Pour Lecce-Lazio, le gain tiré des paris serait d’environ 2 millions d’euros, et 600 000 euros ont été utilisés pour la corruption des licenciés » (joueurs, ndlr), a expliqué le procureur de Crémone, M. Di Martino en conférence de presse. Il a ajouté qu’une « des nouvelles les plus importantes (ndlr: sur un total de 19 arrestations opérées lundi matin) est la présence d’un groupe de cinq Hongrois, dont certains sont déjà détenus en Hongrie pour des faits semblables à ce qui s’est produit en Italie. »

Voilà les images de ce match vraisemblablement truqué sur FranceSoir.fr

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*